Là où tout semble perdu, un espoir persiste toujours…
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ozirh al Vashir, pilleur de l'Orient

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ozirh al Vashir, pilleur de l'Orient   Mar 13 Aoû - 22:00

Ozirh al Vashir
La vie n'est qu'amusement !

Fiche d'identité

Surnoms: (facultatif)
Age: 577ans
Sexe: Masculin
Race: Démon
Peuple: Calorem
Rang: Capitaine
Métier: Pirate
Dieu Lié:  Aucun


Capacité


Niveau 1:

15 points à partager:

  • Endurance: 1

  • Vitesse: 1

  • Force physique: 0

  • Puissance magique: 2

  • Résistance physique: 0

  • Résistance magique: 1

  • Charisme: 5 (capacité à être leader)

  • Eloquence: 5 (capacité à être écouté)


Pouvoir: Charme indéniable : J’ai une capacité assez spéciale, elle se développe plus ou moins contre ma volonté, disons qu’à ce stade elle rend plus fort les impressions et sentiments que les gens ont envers moi, laissant mon image plus ancrer dans l’esprit de mon interlocuteur. Dernière précision il semblerait que le sort s’active par un contact, ainsi plus l’individu et mon même nous touchons plus la magie est efficace. (un seul pour commencer)


Arme et Equipement: Je ne porte pas d’armure outre mes beaux habits, mon seul équipement est une épée et une dague classique, bien que je me sois amuser à incurver quelques symboles sur le manche, les même que ceux de mes tatouages.

Code présent dans le reglement:  Code Bon [Aëlia]



.


Description physique
Miroir mon beau miroir…


Si j'ai retenu une chose de mes années me faire « aimer » par tant d'hommes, c'est leurs compliments, comme si le fait de me complimenter excusé le fait que je ne leur doive plaisir et soumissions. Je suis un homme assez grand, musclé, selon eux je suis une perle de l'Orient, magnifique et étincelant, ce n'est pas pour rien que j'étais leur favoris à tous, je suis assez masculin pour faire fantasmer les femmes et assez coquet pour donner des idées aux hommes. Je suis toujours en général assez dévêtus au niveau de mon torse, le laissant à l'air libre, recouvert de mes tatouages et de chaines d'or, car je trouve cela jolie tout simplement, je ne suis pas à une babiole près, j'aime avoir des chaines et des anneaux d'or, j'aime être beaux pour moi et pour le monde. Ainsi je ne me sépare jamais de mon khôl sur les yeux et de mes huiles de senteurs, ce genre de choses. Les parties où je daigne avoir des vêtements en général étant mon pantalon et au dessous des épaules, cela permet d'éviter les insolations. Malgré tout cela reste léger et facile à enlever pour plus de mobilité. Il peut être aussi important de préciser que ma peau est plutôt sombre, non pas dans des teintes humaines du désert, mais plutôt voir le noir profond, charme de démon je suppose, mes cheveux sont aussi noir comme la nuit, en plus d'être assez long quand ils ne sont pas en partie cacher par un cache soleil rudimentaire. Malgré tout j'aime la couleur sur mes habits, que le rouge, le noir et le jaune cohabitent, cela va à merveille avec mes nombreux trésors exposer tout le long de mon corps. Un corps propre il est important de le préciser, propre et en merveilleuse santé.
Description mental
La folie est signe d’intelligence


On dit que l'attitude des gens est influencé par leur histoire, leur passer, je serais tenté de dire que cela est vrai pour moi. L'esclavage et la prostitution ont beaucoup influencé ma vie, je suis devenu un grand séducteur, aimant profiter de la vie et des personnes autant que je le peux, que chaque moment soit aussi important que le précédent. Il est vrai que j'aime la vie, je l'aime à la folie, tous ces instants de calme, ces batailles, l'aventure, les nuits de sommeil ou non selon la compagnie, j'ai appris à profité totalement de cette vie, car nous n'en avons qu'une et malgré que la mienne soit longue je ne veux pas me priver. Mais plus que la vie j'aime la liberté, jamais plus je ne porterais de chaînes. Ainsi les gens peuvent me trouver légèrement agaçant, après tout je refuse toute autorité ni grande mission, les rois et les dieux ne peuvent pas compter sur moi. Les gens en général aussi d'ailleurs, seul le peu de personnes que je considère comme des amis peuvent compter sur moi et mon soutien inconditionnel, ainsi je parcours le monde non pas à la recherche d'or comme tous les autres pirates, mais tout simplement pour profiter de la vie, de ses aventures et des plaisirs qu'elle offre. Ces plaisirs étant très simple je le pense, l'aventure, l'action, les combats, festoyer, les beuveries et enfin le sexe, de préférences avec des hommes, c'est plus vivant. J'ai gardé des traces de mes années de maison closes, par exemple j'aime énormément prendre soin de mon corps, je peux passer longtemps pour me perfectionner, un peu de khôl, des huiles essentielles, ce genre de choses. J'ai l'air d'être un homme qui n'accorde pas beaucoup d'importances aux choses dite importante par les autres personnes, mais au contraire je pense que ce sont les petites choses qui participent à notre bonheur et malgré mon humour pouvant être assez difficile à supporter, je suis un ami et un compagnon de voyage fidèle. A un détail près, il ne faut jamais parler de mon passé d'esclave sexuel avec moi.......le risque étant la mort dans le meilleur des cas, je ne suis pas quelqu'un de cruel quoique que je suis très rancunier, mais cette chose de mon passer a le don de me rendre furieux. J'ai aussi accessoirement le don de ne pas savoir ce que pudeur veut dire, ce qui étonne mon équipage, mais on s'y habitue au bout de quelques temps, ils savent qu'ils peuvent avoir confiance en moi, je les chéris ces petits hommes, ils sont un peu comme mes enfants, sauf qu'ils m'aident à tuer des gens et à les dépouiller. J'ai appris à être proche d'eux, à les respecter et à être juste, eux on apprit à me supporter, échange équitable.
Histoire
Ce n’est pas l’histoire qui fait le hero


Ozirh al Vashir, ce nom inspire aujourd'hui terreur dans l'esprit des marins et commerçant des mers parcourant le monde de Terra, lui et son fier équipage, pillant ce monde à bord de son puissant navire. Une belle histoire et pourtant elle était à ses débuts si médiocre, mon histoire n'est pas celle d'un révolter d'une société injuste ou celle d'un noble voulant vivre l'aventure. Elle est celle d'un homme, fils d'une prostituée d'une maison close Calorem, situé quelque part près d'un port d'une ville côtière quelconque. Cette prostituée avait eu le malheur d'être enceinte du gérant de cette maison close, un homme dur et sans pitié, au moins eut t'il le bon goût de mettre enceinte une démone, être un bâtard aurait été encore plus déplaisant. C'était une maison close de luxe où venaient les bourgeois les plus riches ainsi que les nobles et l'armée, mon père ne fut jamais paternel avec moi, me laissant aux soins de ses prostituées mon éducation, la plupart étaient des esclaves, il y avait des humaines, des elfes, de toutes les races. Elles étaient ce qui se rapprochaient le plus de mère pour moi, la mienne ayant été vendu après son accouchement, les clients ne voulaient plus d'elle. Je restais toutes mes journées dans cette maison close, seul mes sorties dans le jardin près du port me permettait d'être à l'extérieur.

D'ici je pouvais voir l'océan, cette magnifique étendue bleue, je voyais passer les grands et majestueux navires, j'étais encore tout petit et ne comprenait pas qu'il y avait un monde si complexe dehors. Bien vite mes mères me firent l'éducation, j'appris à lire, à écrire, compter, toutes ces choses élémentaires, j'appris aussi des savoirs plus scientifiques et poudrant mon père me regardait toujours comme un objet, un. Je me demandais pourquoi il accordait tant de crédit à mon éducation et à ce que je grandis bien, soit beau s'il ne s'intéressait pas à moi. Au début de mon adolescence mes mères me firent d'autres cours que les sciences ou la littérature, elles m'apprirent à séduire et comment contenter les hommes, toute leurs astuces, leurs stratégies, elles commencèrent à me maquiller, à me mettre des huiles essentielles, alors là je compris pourquoi tout ça. Moi aussi j'allais devenir un prostitué, j'étais en âge de donner du plaisir aux hommes, après tant d'années je compris que je n'étais qu'un esclave, là pour faire gagner de l'argent à mon Maître. Mon Maitre qui en m'élevant avait investi en faisant de moi un des rares prostitué pour hommes des maisons closes Calorems. Mes mères n'essayèrent pas de minimiser cela, la vie était ainsi faite, de nouvelles filles pour la maison arrivaient, des sœurs pour moi, mais mon jour arriva enfin, celui où je deviendrais ce pourquoi mon Maitre m'avait élevé, les premiers temps suite à cela furent dure. Le fait d'être un objet, ne servant qu'au plaisir des clients, à tous leurs fantasmes, puis l'habitude me gagna. Les journées furent les mêmes, travail et détente avec ma famille d'esclave, pourtant je continuais à observer l'océan, symbole de la liberté, si beaux, mais pourtant si loin. J'étais devenu très apprécier des hommes voulant satisfaire leurs pulsions déviantes ou de ceux voulant tout simplement essayer des choses nouvelles, nombre d'hommes plus ou moins important étaient venus me visité.
La plupart étaient satisfait et devenait des habitués, certains étaient gentils avec moi, j'avais du plaisir à les revoir et à parler avec eux, cela me donnait un semblant de relation entre nous, que je ne sois plus un objet. Mon Maître lui était satisfait et parfois se risquait même à me sourire en me félicitant de mes prouesses, mais il n'y avait là qu'amour de l'argent, nous n'avions jamais abordé cette histoire de paternité, seule mes mères et moi avions ce genre de discutions. Au fil du temps la plupart d'entre elles vieillissait ou mourraient à cause de l'âge, j'avais déjà plus de 100 ans, mes mères n'étaient plus là, je me sentais si seul, les nouvelles filles étaient sympathiques et me voyait comme l'Ancien, celui qui leur apprenait pour celles qui ne savaient pas à survivre dans ce monde, leur grand frère en quelque sorte. Cela m'occupait, les jours passaient et se ressemblaient jusqu'aux jours où mon Maître eut des dettes, je ne sais pas pourquoi ni comment, mais malgré la maison close il devint rapidement ruiner. Il avait emprunté de l'argent à beaucoup de gens importants, un jour un de ses créanciers vint le voir, un pirate, un capitaine pirate, fort et assez bel homme, c'était un démon, il était prêt à le tuer et allait bien le faire jusqu'à qu'il me voit, là une idée du germer dans son esprit, à la fin de la journée mon père m'avait donné à lui en échange de la fin de ses dettes, à la fin de la journée j'embarquais sur un bateau pirate, loin de cet homme, de ce bâtiment et de ma famille, j'étais sur l'océan après 175 ans de prostitution dans cette maison close.

La joie aurait pu venir bien assez tôt, la liberté était à moi, mais pourtant ce n'était qu'une illusion, la nuit même je compris que rien à part le décor n'avait changé. La lassitude avait disparu, le capitaine un homme sévère, mais pouvant se montrer doux quand il le voulait m'avait pris comme son second, je me chargeais de tout ce qu'il n'avait pas le temps ou ne voulait pas faire. J'avais aussi été marqué, le capitaine m'avait imposé un tatouage montrant que je lui appartenais, ce n'était qu'un détail et puis le tatouage était plutôt beaux, on était loin d'une marque pour les bêtes. J'apprenais à être pirate le jour et je lui tenais compagnie la nuit, j'appris ainsi à me battre, comment vivre sur un navire, j'avais bien souvent le droit aux railleries de l'équipage, après tout je n'étais que la putaine du capitaine. J'avais le droit à de meilleurs traitements qu'eux et le capitaine avait une meilleure estime pour moi que pour le reste de l'équipage, il y avait un endroit du navire spécialement conçu pour entreposer mes huiles et mon maquillage, même sur un bateau je me devais de prendre soin de moi et puis mon Maître aimait ça. Aux fils des années j'étais presque devenu un vrai pirate, je participais même aux raids et pillages, la vie sur le bateau était fraiche et mon capitaine ou Maître selon l'heure, était un homme que j'appréciais. Les équipages se succédaient au grès des années, mais moi je restais, accompagnant mon Maître et capitaine dans ses expéditions à travers les mers, voyant des batailles dantesques et des créatures tout droit sortit de rêves et de cauchemars. Mais cette vie était dangereuse, je ne compte plus le nombre de cadavres de fiers marins que nous avions accumulé aux fils des années. Je m'étais enfin habitué à ma nouvelle vie, mais le destin semblait aimer me jouer des tours, un jour une tempête éclata, la plus grosse tempête que je vus jusque alors, nous avions du rendre furieux un Dieu ou une niaiserie de cet acabit.
Le navire fut dévasté et nous fûmes emporté au loin, toute une partie de l'équipage décimer, sans provisions et un navire détruit au milieu de l'océan, un bon début pour une histoire des plus épiques A partir de là se succédèrent les catastrophes, nous fûmes attaquer par les sirènes et nombre d'autres créatures des Abysses, par les conditions météorologiques et enfin par l'équipage lui-même. La fin arriva bien assez vite, lorsque notre corps lui-même nous attaqua, la maladie se propagea parmi l'équipage, je ne sais encore quelle maladie, mais tous succombèrent sauf moi, le capitaine partit en dernier, l'isolement de sa cabine n'avait pas suffit à le sauver.


Seul sur un navire dévasté je dérivais durant ce qui semblait durer des semaines, jusqu'au jour où mon bateau heurta la côte de la baie des pirates. Bien vite nombre de matelots arrivèrent sur le navire et de capitaines, j'eu bien cru que ma mort venait ou ma servitude de nouveau, mais les capitaines en décidèrent autrement, mon Maître était un pirate puissant et respecter, en sa mémoire ils me libérèrent de mes chaînes et me donnèrent son bateau au préalable réparer en échange d'un emprunt quasiment donner. Le navire fut remis à neuf et je devins capitaine, j'engageais des hommes bien rapidement et partit à l'aventure, prêt à piller ce monde après 280 ans de servitude à bord de ce navire. Mon Maître m'avait formé pour être un pirate, soit j'allais le devenir, désormais j'étais libre et l'océan était tout à moi. Tous trembleraient devant le nom d'Ozirh al Vashir, il était enfin temps pour moi de vivre, vivre libre jusqu'à que la mort m'arrête moi et mon fier équipage. Je passai ainsi 122 ans me faire connaître, pillant navires et cherchant des trésors, non pas par appât de l'or forcément, mais en quête d'aventures et de plaisir, telle est devenue ma vie et je plains les hommes assez fous pour vouloir me rejoindre
Revenir en haut Aller en bas
Raziel L. Gremory
Noble
Noble
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 25
Localisation : ~~ Dans tes rêves ~~

Feuille de personnage
Race: Semi-Elfe
Âge: 20 ans
Niveau: Novice

MessageSujet: Re: Ozirh al Vashir, pilleur de l'Orient   Mer 14 Aoû - 3:31







Bienvenue dans notre monde cher nouvel aventurier


Quelques petites missions t'attendent




Maintenant que ta fiche est validée, tu as plusieurs choses à faire.




Tous d’abord remplir >> cette fiche << Qui est la fiche évolutive de ton personnage. Elle est OBLIGATOIRE et dois figurer dans ta signature.

Tu es aussi prié de recenser ton avatar >> juste ici<< Afin d’être le seul à l’avoir.

N’oublie pas non plus de faire >> une demande de logement <<

Ainsi que de vérifier si il n’y a pas de >> mission << qui pourrait t’intéresser ou bien de faire une >> demande de RP <<

Pour toutes questions ou tous problèmes les admins sont à ta disposition, mais tu as aussi >> ce topic <<



Pour finir, amuses toi bien parmi nous!!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ozirh al Vashir, pilleur de l'Orient
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra Cadecta :: Hors RPG :: Personnages :: Personnages validés :: Calorems-
Sauter vers: