Là où tout semble perdu, un espoir persiste toujours…
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 un retour au pays

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: un retour au pays   Mer 14 Aoû - 10:03

Cela faisait quelques jours que j’avais préparé ce voyage, laissant mon humble dragon au temple afin de ne pas me faire reconnaitre, j’avais opté pour un cheval sombre de pur ligné. Phobos, car tel était son nom, avait fier allure et un pas de course très agréable ce qui en faisait l’un des plus prisé de tout le désert. J’avais quand à moi revêtu une tenu assez sobre afin de mieux me mêler à la populace mais en gardant quand même un certain standing. J’étais alors considéré comme un homme assez riche pour la plupart des gens vivant dans la crique des pirate sans pour autant inquiéter ceux qui contrôler la région. J’avais pour ainsi dire une place de choix dans cette société où j’étais connu sous le nom de Marchirh Dracka. Un ensemble de cuir clair recouvrait mon corps, un pourpoint noir recouvrait l’ensemble de mon buste.

Je passai sans trop de difficulté les différents groupes de briguant, pilleur et assassin que j’avais appris à connaître avec le temps. Une fois arrivé à l’étable, je demandai au gérant de s’occuper de mon cheval le temps de ma visite. Une fois gratifié de quelques pièces d’or, celui-ci s’empressa sans plus tarder de le mettre dans un de ses box et de le nourrir. Je ne restai pas plus longtemps afin de ne pas perdre de temps et de pouvoir aller dans l’une des nombreuses tavernes où je pourrais aller boire un verre tout en écoutant les ragots des matins. C’est d’un pas décidé que je me dirigeai vers celle que je préférais, les marins ni étaient pas des rustres et certain capitaines de frégate affectionnaient y séjourner.


Bonjour patron ! J’aimerais boire de votre merveilleux grog ! Peut être arrivera t-il à étancher ma soif.

Celui-ci me gratifia d’un sourire avant de me servir et entama une brève conversation. Il est vrai que cela faisait longtemps que Marchirh n’était pas revenu ici ce que j’expliquai par une longue recherche d’un certain trésor qui en faite n’existait pas. Je du ensuite lui raconter les supplices ignobles dont j’avais fait preuve lorsque je retrouva celui qui m’avait vendu une carte de contrefaçon à une valeur exorbitante. Les oreilles de certain avaient été captivés par mon récit,  gratifiant mes gestes sadiques que je me vanter d’avoir faire par des rires et des applaudissements. L’effet que j’avais estompé eut l’effet recherché lorsque j’entendis un autre marin raconter certain de ses exploits en mère lors d’une bataille durement gagné.  Je n’appris pas grand chose d’intéressant durant les heures qui suivirent mon arrivé, ils n’étaient bien sur pas en manque de ragot mais rien qui ne soit crédible ou de captivant pour mes oreilles.

Je commençais à perdre espoir, après 4 ou 5 commandes, je me demandais si je devrais changer de taverne  ou bien rester encore plus longtemps. Après une heure de plus, et quelques bagarres entre pirates que je regardais avec amusement, je me décida et commença à me lever pour aller dans une autre taverne. J’aperçu quelques connaissance qui m’apprirent qu’un pirate devrait arriver dans la journée. C’était selon certain un capitaine prometteur qui savait diriger un bon navire et qui ne manquait pas d’ambition. C’est alors que je commençai à me diriger vers le port. Parlant avec les pêcheurs pendant la longue attente qui risqueraient d’arriver jusqu’à ce que cette personne arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Ven 16 Aoû - 13:51

Des semaines, cela faisait plusieurs semaines que nous étions en mer, épiant et traquant les bâtiments marchands et autres navires, le voyage nous avait mené jusqu’en mer du Grand Nord, à vrai dire la pêche avait été moyennement fructueuse. Les prisonniers que nous avions pris nous avaient appris que certains navires prenaient désormais des routes détournées pour le transit, cela était assez gênant pour moi. Je m’étais donc dit qu’il fallait les remettre dans le droit chemin après nous ne sommes pas des monstres sans cœur, massacrant et pillant les marins, je pense donc que fuir la taxe de passage est assez malpoli. Moi et mon équipage avions donc tenté de trouver cette route maritime apparemment plus sûre pour que les marchands, il y eu quelques affrontements contre des bâtiments commerciaux, ils se rendirent bien vite et nous pûmes prendre notre dû sans problème. Ce fut quelques semaines assez banales finalement , se lever le matin, manger, pêcher et explorer quelques petites îles paraissant intéressante, trouver un bateau, le piller ou lui imposer une taxe, manger puis se coucher. Au bout de 2 semaines cela fut très lassant, je n’étais pas parti dans une aventure épique depuis trop longtemps déjà, je sentais mon équipage impatient de faire autre chose, eux aussi étaient comme moi, ils détestaient s’ennuyer, c’est encore pire en mer.
J'eus donc l'envie de retourner à la crique, pas que j'affectionne véritablement cet endroit, après tout c'est un repaire de malfrats malodorants et de coupes gorges sans honneur ni grâce. Mais ils avaient des provisions, cela pouvait s'avérer utiles avant une expédition dangereuse par delà les mers, quelques informations de ces ivrognes pourraient aider aussi et bien évidemment le plus important, nous allions nous amuser un peu. Les hommes n'avaient pas vu de femmes depuis un peu trop longtemps à leurs goûts, la crique saurait arranger cela pour presque rien, moi aussi j'avais besoin de me détendre un peu, de racheter du khôl et des huiles essentielles aussi. Mais je ne comptais pas y rester plus que nécessaire, étrangement à chaque fois que j'allais à la crique, plus je restais plus les tensions augmentaient, je crois qu'une partie des pirates me haïssent cordialement.


Nous arrivions enfin sur le port, du haut de mon bateau j'apercevais déjà un comité d'accueil, des hommes armés et quelques pirates ou marchand, ils allaient assurément me faire des offres importantes ou me tuer selon leurs motivations. Je laissais d'abord descendre les hommes, ils avaient eu congé pour quelques temps, libre de s'amuser, festoyer et courir la gueuse ou le gueux selon leurs envies. Je descendis donc en dernier, parer des plus beaux bijoux que j'avais pu trouver en pillant, des bagues, anneaux, chaînes en or, mon corps assez exposer comme à l'habitude.


Ce n'est pas parce que je suis à la crique que je ne dois pas être beau avec mon khôl et mes huiles de senteurs, je descendais lentement m'amusant à faire patienter mes interlocuteurs déjà assez gêner de me voir dans de pareils accoutrements, les gens ne croient jamais assez les rumeurs me concernant. Je pus enfin arriver devant eux, à mon grand étonnement ils étaient encore plus ennuyants que je ne le pensais, je partis donc bien vite de cette discussion ne m'apportant que de la lassitude à leur grands désarroi, je crois que mon tact légendaire ne leur avaient pas plu. Je me retrouvais donc seul sur ce port, il faisait déjà nuit et je m'ennuyais légèrement, je me mettais donc en route à travers les quais, peut être quelque chose pourrait t'il attirer mon attention ou tout du moins me soulager du poids de l'inaction. Je n'apercevais que des ivrognes à moitié mort le long du quais ou des prostituées essayant d'aguicher de pauvres marins ou alors de loin dans quelque ruelles plsu sombre des choses moins.....décentes. En sommes une soirée comme les autres à la crique....
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Ven 16 Aoû - 15:22

Les heures défilèrent sans qu’aucun navire n’arriva hormis quelques petit bateau de pêche ou de navire marchant, en sommes j’avais attendu à l’entré du port pour rien. Rien était peut être un peu fort, les quelques marchants qui arrivèrent au port semblaient plus heureux qu’à leur habitude et à mon contact, m’en apprirent la raison.  Les marchands avaient tout simplement changé leur cap afin d’éviter la « douane » grâce à un petit détour quelques peu fastidieux mais astucieux. Peut être devrais-je garder cette information sous le coude en échange d’autres renseignements, cela pourrais s’avérer très utile.

C’est alors que je me levai, souhaitant me diriger vers une auberge, que j’aperçu un attroupement se former et se diriger vers les quais. Je me demandais ce qu’ils pouvaient bien vouloir faire à cette heure avancée dans la soirée. A cette heure ci, les gens étaient normalement chez eux, ou alors dans les bars à boire ou alors dehors en train de chasser des femmes inconscientes de leur danger. J’observai alors ce groupe qui c’était maintenant arrêté sur l’un des quais, que pouvaient-ils bien attendre ? Surement l’arrivé du bâtiment du pirate que l’on m’avait prévenu.

C’est alors que je me dirigea un peu plus loin, afin de ne pas être au premier contact. Là où je me trouvais maintenant je pouvais très bien entendre se qu’il se disait sans trop me faire remarquer et surtout, en cas de bagarre je pourrais très vite me déplacer afin d’assurer à ma probable « source d’information » d’être saine et sauve. Son bâtiment accosta sans problème et, une fois amarré, son équipage pu descendre sans encombre. Quand le Capitaine descendu sur le quai, il ne s’éternisa pas en conversation futile et s’éclipsa alors. C’était alors à moi de jouer afin de capter son attention. Lentement, je sorti de mon recoin sombre et me dirigea vers lui.


« Bonsoir Capitaine, beau bâtiment que t’as là. La « pêche » à été bonne ? »

Je posais la question tout en sachant bien la réponse. Bien sur qu’elle n’avait pas été très fameuse, sauf s’il avait trouvé par où passer mais j’en doutais fortement étant donné l’humeur de ses matelots qui avait hâte de se retrouver ensemble à boire de bonne boisson alcoolisé. Je continua à m’approcher de lui, lentement mais restant quand même sur mes gardes. On ne pouvait jamais prédire la réaction d’un pirate revenu de mers depuis plusieurs semaines. Je m’arrêtai a quelques pas de lui, une distance qui me semblait convenable afin d’être sur de capté l’attention tout en étant à l’abri d’un lame ou d’un couteau.

« J’ai appris ton arrivé cette après midi et ne te connaissant pas je me suis dit que ca serait une bonne occasion de faire connaissance devant une bonne chope qu’en dis tu ? Et on pourrait tout aussi bien parler business, j’ai certain besoin que d’autre pirate n’arrive pas à combler. »

C’est alors que je plongea l’un de mes mains dans une poche de mon pantalon, partant à la recherche de quelque chose. Après plusieurs seconde je mis enfin la main sur la petite bourse qui c’était planquer tout au fond, comme si elle ne souhaitait pas prendre l’air d’avantage. Je la sorti donc, la montrant à celui qui était là.

«  Contre rémunération bien sur »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Ven 16 Aoû - 18:26

Je n'avais pas eu le temps de marcher bien longtemps depuis que  j'avais faussé compagnie à mon comité d'accueil, je n'avais même pas eu le temps d'admirer les étoiles, les bâtiments en ruine, les prostituées et autre jeunes hommes ivre, il me faut un grand contrôle sur moi pour ne pas les raccompagner chez eux d'ailleurs. Cela a toujours été un de mes défauts selon les gens, même pour un pirate je pense un peu trop à passer du temps nu au lit, mais bon mon équipage s'est habitué à cela au bout de quelques temps. En même temps ils n'avaient pas eu le choix s'ils voulaient travailler avec moi, je n'avais pas eu le temps de me ressasser ces raisonnements philosophiques bien longtemps. Je fus bien évidemment troubler, il était seul et se tenait un peu à l'écart, j'ai l'habitude de me méfier des hommes qui m'interpellent dans la sombre nuit cacher plus ou moins dans l'obscurité, enfin seul un imbécile essayerai de me tuer ou que sais-je encore.

Malheureusement cette crique est remplie d'imbéciles, je m'assurais donc de maintenir cette distance entre nous, tout en profitant pour garder la main sur une dague. L'étranger avait complimenté mon bâtiment, soit il se moquait de moi, soit il avait très mauvais goût, mais cela n'avait aucune importance, il disait vouloir faire ma connaissance et parler affaire. J'aurais pu le recaler, mais il m'offrait un verre et un homme avec un minimum de manière ne refuse jamais un verre offert de bon cœur. L'étranger me tendait déjà une bourse, il voulait que je fasse quelque chose pour lui très certainement, il avait certains besoins que les autres pirates ne pouvaient pas combler. Je commençais à me demander s'il ne voulait pas que je me prostitue, ça en donnait l'air, enfin vu mon passer me demander une banane aurait l'air d'une déclaration d'amour. Il était prêt à payer et à m'offrir à boire, il m'intéressait un peu pour l'instant, il ne me restait qu'à l'emmener à une auberge et nous verrions ce qu'il veut.
« Je ne dirais pas non à une chope et à parler affaire, je connais un établissement à 2 pas où nous pourrons discuter de cela tranquillement, mais je n’ai pas le plaisir de connaitre ton nom pour l’instant…. »

Je me mis donc à avancer rapidement, écoutant d’une oreille ce qu’il pouvait me dire, de l’autre faisant attention à ce que ne rient vienne nous surprendre dans ces ruelles, l’établissement n’était pas loin, c’était une maison close, un lieu que j’affectionne tout particulièrement. Elle faisait auberge et taverne aussi, elle n’était pas aussi luxueuse que celle dans laquelle j’officiais mais elle était la meilleure de toute la crique. Il y avait de toutes les races et sexes, c’était propre, accueillant et il n’y y trainait pas des ivrognes comme dans les tavernes de cette ville.
Nous étions bien vite arrivés dans l'établissement, j'avais une place de choix, un endroit très tranquille et colorer, des tissus orientaux de partout, des coussins, un endroit à l'écart, j'y avais une chambre que je louais à l'année aussi. Cela coûtait un peu cher mais j'aimais rester ici, j'étais un habituer plus ou moins. Une fois dans le lieu, je m'installais déjà, je me mettais sur des coussins dans une position entre assis et coucher, regardant mon interlocuteur, la nourriture et des boissons n'allaient pas tarder à arriver, les gérants et employer étaient aux petits soins avec moi. J'étais donc prêt à parler affaire avec cet homme, mais avant tout prêt à m'amuser.
«  Bien, nous pouvons parler aussi, les boissons et les filles ou garçon arriveront bientôt aussi, détendons-nous et parlons……. »
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Sam 17 Aoû - 7:57

L’homme avait l’air méfiant au premier contact, en même temps qui d’autre qu’un sot ne prendrait pas un minimum de précaution lorsqu’un inconnu l’accoste dans la rue. Il m’invita à le suivre pour aller boire un coup puis me demanda mon prénom. Il est vrai que je n’avais pas désiré le lui donner dans un premier temps puisque s’il refusait une entrevue il n’aurait pas le loisir de pouvoir répandre quelques rumeurs que ce soit. C’est alors que je me décidai à lui donner le mien, ainsi chacun saurait à qui il a affaire.

Je suis Marchirh Dracka, Capitaine Al Vashir.

Je m’empressa alors de lui emboiter le pas, il semblait être un personne très prudente puisque je le vue a plusieurs reprises tendre l’oreille afin d’écouter. Nous arrimâmes vite à destination. Je ne connaissais pas très bien cette partie de la ville et je fut fortement étonné d’y voir un établissement un tant soit peu sobre. Les pris de l’établissement servaient évidemment de réel videur, me diriez vous, qui irait boire une bière 2 fois plus chère que dans les autres bars ? Je me souviendrais très bien de cet établissement maintenant qui me donnerait plus de plaisir à venir questionner avec élégance mes différents… informateurs.

J’imitai celui qui m’avait invité ici, prenant une pause semi-allongé et en plaçant mes bras de chaque côté de la bordure du canapé qui faisait face au capitaine. C’est alors que je pu profiter pleinement de l’ambiance orientale qui me plaisait particulièrement. L’atmosphère créée était tel que l’on pouvait s’attendre à tout moment à voir arrivé quelques femmes légèrement vêtues en dansant sur une musique des plus entrainantes. Il m’indiqua que femme et boisson allait arriver et que l’on pouvait se détendre. Il est vrai qu’ayant patienté dehors toute la journée il n’avait pas vraiment pu profiter de la journée.

Il y a fort longtemps que je ne suis pas revenu à la crique. Je ne dirai pas non à quelques distractions avec une ou deux femmes, tout comme vous je n’ai pas grandement de temps à leur accorder lorsque je travail. Je suis revenu pour voir de nouvelle tête et nouveau navires. Il est toujours utile de connaître de plus de monde ici.

Les boissons arrivèrent assez vite, mais n’ayant aucune confiance au personnel que je ne connaissais pas je préférai attendre quelques peu que le service soit fini pour reprendre la conversation. Après une ou deux bonnes gorgées d’alcool tout en profitant de la vue des serveuses qui partaient ramener les plateaux au bar, j’écoutais mon interlocuteur. Après quelques minutes je repris alors la conversation, commençant à chercher ce que j’étais venu chercher depuis le petit matin. Pour cela je lui révéla une bride d’information fraichement recueillie.

Les marchands changent encore d’itinéraire régulièrement pour vous contourner, cela pourrait nuire à tes affaires et à terme à ton mode de vie. Si je suis venu t’aborder, c’est que l’on puisse échanger quelques informations. Je pourrais par exemple te donner un ou deux itinéraires et toi… quelques informations sur certain navires d’une certaine personne. De ton côté tu pourrais accroitre rapidement ta flotte et de mon côté je pourrais amplement prendre position sur certaine terre. Qu’en penses-tu ?

Je n’avais certes pas autant d’éloquence que Al Vashir, mais peu importe. Pour mes projets futurs, je me devais de me montrer un minimum direct. L’offre pourrait l’intéressé s’il n’était pas à la solde de celui que je cherchais à affaiblir, dans le cas contraire je me devrais d’essayer de le discréditer afin de pouvoir garder mon influence dans l’ombre de cette ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Sam 17 Aoû - 9:50

Marchich Dracka, tel était le nom de mon interlocuteur, il avait pris son aise apparemment, il devait grandement apprécier cette salle, en même temps tout amateur d'ambiance orientale ne pouvaient que tomber en admiration devant cet endroit. L'alcool nous fut livré bien assez tôt, je ne bois pas beaucoup d'alcool, préfèrent rester sobre habituellement, cette occasion ne changeant pas de mon habitude. Je me permis d'observer mon interlocuteur tout au long de la conversation, enfin quand il ne regardait pas les jolies serveuses, mais les serveuses n'étaient que la deuxième partie de l'amusement de cette soirée. Après tout nous devions parler affaires, généralement ces choses étaient hautement inintéressante et ne me donnait envie que de retourner en mer le plus vite possible, mais Marchich m'intéressait un peu, je pouvais donc m'accorder un peu de temps pour lui.
Le destin était bien fait, les marchandes avaient trouvé un autre itinéraire et juste à mon retour quelqu’un avait une solution miracle pour moi en échange d’un service, je n’étais pas assez paranoïaque pour me dire que ce n’était pas une coïncidence  mais la situation était tout d même amusante. Mon compagnon voulait des informations, sur des bateaux, je pourrais en échange avoir l’exclusivité sur les nouvelles routes marchandes pendant un temps, l’offre était alléchante après tout. J’avais beaucoup d’informations sur beaucoup de sujets, j’ai toujours été quelqu’un de très bien informer, les hommes parlent toujours lorsqu'ils sont comblé, et anciennement travailler dans un bordel te fait combler beaucoup d’hommes.
Mais dans cette ville je connaissais aussi beaucoup d’informations, après tout j’étais un bon pirate, plus ou moins respecter et j’avais plus ou moins investis dans ce bordel, je devais être le seul pirate à avoir une chambre dedans définitive ainsi qu’un service assorti, je recevais donc beaucoup d’informations de la part du personnel, les pirates sont très bavards lorsqu’ils ont bu, ils le sont encore plus avec une femme dans leurs lits et seuls les Dieux savent comment ils sont avec les deux en même temps. J’avais peut être prévu de racheter ce bordel mais la question ne se posait pas maintenant, l’offre méritait de s’y intéresser un minimum.
« Cette offre me parait intéressante, mais tout dépend de quelles informations vous voulez et sur qui, je ne pense pas que vous seriez assez stupide pour me mentir concernant ces informations, je vous propose d’en discuter devant un festin, il en manque tellement en mer. »
Très vite des femmes arrivèrent portant des plateaux de nourritures riches avec elle, ce n’était pas de la nourriture dont se nourrissait les simples marins et pirate, décidément ce lieu était un véritable paradis dans cette maudite crique. Elles apportaient beaucoup de plateaux, je suis connu pour être insatiable, en tout, cela étonnait généralement les gens, les serveuses comme à l’habitude étaient habillé comme des prostituées orientales, de quoi réveiller l’envie en Marchich, les hommes parlent mieux combler. Et puis ce genre d’habillage m’avaient paru normal au fil des années, moi-même j’en avais une apparence très similaire bien qu’un peu plus digne, mais tout de même.
Elles partirent très rapidement une fois leurs plateaux poser, je pus néanmoins en percevoir une qui avant de partir se permet de chuchoter quelques mots à mon convives, elles avaient la capacité de savoir appâter un homme. Je me contentais néanmoins du jeune et beau serveur elfe qui en venant m’apporter ma propre argenterie  pour manger se risqua à me déposer un baiser dans le cou, comme je le disais, un avant goût de ce qu’il m’offrirait une nouvelle fois dans la soirée, ce n’était pas mon serveur favori pour rien. Je ne perdis pas de temps pour me lancer sur la nourriture, nous pouvions aussi bien allier affaire et plaisir en mangeant un morceau à côté.
« Le festin est là, mangez à votre guise j’ai les moyens de payer, j’espère que vous avez aimé le petit encas en tissu orientale, vous aurez peut être bien plus de mets ce soir si tout se passe bien, Marchich…. »
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Dim 18 Aoû - 17:54

L’offre avait l’air de plaire à mon partenaire et peut être futur « associer », à condition que mon offre lui convienne suffisamment. Puis vint le repas, de nombreux plateaux servis par des jeunes hommes et jeunes femme aux vêtements les plus attirants qui soient possible de voir et qui contrastait fortement avec ce que l’on pouvait apercevoir à l’extérieur. L’une captiva mon attention plus que les autres de part ses formes et sa manière de marcher, qui me rappeler étonnement une amazone que j’avais rencontré sur le trajet. Après que le repas fut servi, les serveurs et serveuses partirent, mais celle que j’avais regardé plus tôt vint me chuchoter quelque chose à l’oreille.

« Je terminerai mon service une fois que Monsieur Ozirh al Vashir et vous auriez fini de parler, si ca vous dis vous pourriez me rejoindre dans ma chambre, c’est la chambre numéro 101. Je comblerais… tout tes désirs»


Je ne pu a ce moment retenir un léger sourire, avant de lui répondre de la même manière, en chuchotant que ca serait avec un grand plaisir. C’est alors que l’hôte m’invita à manger, chose que je m’empressai de faire après une journée de jeune gastronomique et équilibré. Le repas était très bon, finement cuisiné et très bien épicé chose que j’appréciais fortement dans la cuisine orientale. Entre deux bouchés de viande, je rassemblai mes idées afin de les présenter à mon interlocuteur avec plus de précisions.

« Plusieurs pirates m’ont annoncé que tu étais indépendant et que personne ni même le Khaal ne te ferais te mettre à genou devant lui. C’est pour cela que je suis venu te voir. J’ai besoin d’une personne qui est indépendante mais fiable »

Je repris alors un peu à manger, ainsi qu’un peu de boisson, attendant une quelconque réaction de la part du pirate. Si ce que l’on m’avait dit était vrai, alors je pourrais parler plus sérieusement. Si mon informateur m’avait trompé, je pourrais encore faire marche arrière. Avec le Khaal il fallait se montrer prudent et avoir une ou deux longueurs d’avance sinon ses gardes pourrait très bien vous enchainer et vous conduire à lui pour… une exécution.

Celle qui était venu plus tôt me susurrer quelque chose à l’oreille ainsi que le jeune homme qui avait baisé le coup du capitaine vint nous rejoindre afin d’apporter encore un peu de boisson. Suite à cela, la jeune femme se mis assise sur l’un des coussins qui se trouvait à mes pieds, c’est alors qu’elle posa sa tête contre l’une de mes jambes, l’un de ses mains prirent la mienne et la guida délicatement dans son décolleté.


« Il est assez rare de voir des pirates indépendants… la plupart travail pour le Khaal ou alors nage très profondément sous l’océan…  »

Il est vrai qu’il n’était pas rare de voir des avis de recherche de tel ou tel pirate qui avait nui aux forces du Khaal. C’était surtout cela que le pirate en face de moi m’intéressait grandement, de par sa stature, son style oriental et surtout sa liberté de penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Mar 20 Aoû - 21:01

Nous pouvions percevoir la nuit noire à l'extérieur de ce bâtiment de luxure, les rues mal famé étaient devenues un véritable repère de coupe-gorge et de prostituées, cela renforçait de plus belle le sentiment de bien être que cette maison close me procurait. Sécurité, ambiance agréable et plaisir, ce lieu devait donner la même impression à mon « invité », ce lieu ne m'appartenais pas mais presque. Chaque porte, habit, garde ou équipement avait été financé ou fournit par moi et mon équipage, ce lieu était ma maison, preuve en témoigne la partie m'étant entièrement dédier le prouvant plus ou moins. Les serviteurs avaient sorti quelques bougies à disperser à travers la maison close et mon espace personnel, cela donnait une atmosphère plus......intime, enfin c'était cela ou nous n'avions pas de lumière, après tout il faisait nuit noire dehors. Marchich avait l'air de très bien s'entendre avec une des filles, elle devait lui taper dans l'œil, le personnel était très douer pour ce genre de choses, une fois notre conversation finit je pariais déjà qu'il finirait sa nuit dans la chambre 101.
Mais comme pour équilibrer nos positions avec mon convive et sa nouvelle compagne, mon jeune favori décida de s'installer à mes côtés, s'amusant à me caresser le torse et d'autres parties de mon corps, un sourire malicieux. La nuit dans ma chambre allait se révéler très productive, mais il me restait à discuter affaire avec mon potentiel collaborateur, son offre devenant à mon goût de plus en plus intéressante. Il prévoyait de s'attaquer au Grand Khaal de ces terres arides, maître de tous les calorems, véritable Dieu sur cette terre, l'idée était follement alléchante, j'avais bien peu d'estime pour cet homme. Son habitude de soumettre ou tuer qui il veut n'aidant pas à nos bonnes relations, il est vrai qu'il ne fallait pas contrarier le Khaal si nous ne voulions pas finir mort ou esclave pour que toute son armée vous passe par-dessus.
Une bonne partie des pirates lui avaient juré allégeance, je voyais la chose différemment, à vrai dire je me moquais bien de lui et de son pouvoir. Jamais je ne me soumettrais à lui et l'idée de lui nuire me tentait terriblement, l'idée d'une mort atroce ne me venant pas en tête, je me disais aussi que n'importe qui d'autres dans cette ville pourrait vouloir le tuer ou le livrer pour ses idées. Je pourrais protéger ce Marchich de l'influence néfaste des autres malfrats de cette ville, il était temps de dire les choses franchement.
« Je ne me soumettrais jamais à quiconque, qu'il soit homme ou femme, roi, Khaal ou Dieu, je ne travaille aussi pour personne, je ne m'agenouillerais pas devant le Khaal. Vous avez eu de la chance mon cher, je ne suis pas un malfrat prostitué au Khaal, n'importe qui d'autres dans cette ville vous aurez vendu au mieux. Les récompenses allèchent même les plus neutres, n'importe qui dans ce bordel aurait pu vous vendre si je leur avais dit de le faire, mais vous êtes en sécurité ici. Ces murs et ces gardes empêcheront n'importe quels importuns de venir vous déranger, j'ai toutes sortes d'informations et je peux en découvrir d'autres, j'espère donc pouvoir collaborer avec vous sous peu Marchich. Le personnel de cette maison close est sûre, ne vous inquiétez pas nous pouvons parler..... »
J’avais dit les choses franchement, j’aurais peut être du laisser les choses trainer encore un peu, mais j’étais hautement enthousiaste à l’idée de rendre la vie difficile à la plus haute autorité de ces terres. Il pouvait être un espion du Khaal ou de je ne sais quel pirate, mais cela restait peu possible, je l’aurais su si quelqu’un complotait contre moi, je n’étais pas une véritable ombre comme les maîtres espions du Khaal, mais je connaissais beaucoup de secret et d’informations grâce à mes contacts et à ce bordel. J’avais le sentiment que la nuit allait être très longue, dans le bon sens, je me permettais donc de me mettre beaucoup plus à l’aise, me couchant un peu plus sur les coussins, attirant en partie contre moi mon petit elfe, je gardais néanmoins ma dague à porter de main, n’importe quoi pourrait arriver. C’est avec un léger sourire que j’allais aborder le reste de cette soirée.
« Mettez-vous à l’aise mon cher, nous avons toute la nuit devant nous…… »
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Ven 23 Aoû - 9:46

L’atmosphère changea petit à petit que la soirée se déroulait, la nuit sombre, tel un voile recouvrant la ville, avait obscurcie d’avantage les ruelles et les rues principales de tel sorte que sans éclairage, il serait bien difficile de nous promener dehors. Forte heureusement, à l’intérieur de cette bâtisse, les serviteurs avaient pris soin de nous éclairer à la bougie qu’ils avaient dispersé à différents endroit de la pièce. Cela rendait l’endroit que plus charmant, plus attrayant et plus agréable. La chaude lueur des bougies renvoyait une couleur chaude sur les murs et faisait mouvoir dans un mouvement de vas et viens les rideaux qui étaient suspendu au dessus de nos têtes.

La jeune femme quand à elle avait pris place derrière moi cette fois ci et je pouvais sentir déjà ses doigts délicat se poser sur mes épaules et les masser. Son parfum, quand à lui, titillait mes narines par vagues successive et m’enivrait de plus belle. Mais ce fut l’instant où ses mains descendirent sur mon torse nu qui me plaisa le plus, alors qu’elle se penchait pour pouvoir effleurer le bas de mes abdominaux, sa poitrine généreuse s’insérera de chaque côté de ma nuque et sa douce chevelure glissait en cascade sur son côté droit et se mêlaient au miens donnant un mélange harmonieux d’un  rouge feu et d’un noir de gais.

Puis Ozirh repris la parole, rassurant mes espoirs, il était donc bien contre le khaal et au vu de sa tête lorsqu’il affirmait cela, je pouvais en être sur. Un autre soulagement provient ensuite lorsqu’il me dit que la maison et ses occupants étaient des personnes sures. Devrais-je alors lui révéler ma véritable identité ? il me semblait être une personne de confiance, ou du moins tant qu’il était de mon côté. C’était un véritable dilème. Cependant que je sois Marius ou Marchich ne changerait pas grand chose, dans le pire dès cas je ne pense pas qu’il le prendrait mal et le comprendrait.


Comme tu le sais, le khaal enlève toute liberté au pirate, bien que cela installe une certaine stabilité dans la plupart des cas, une seule et même personne à la tête de tout le monde ne réjoui pas certain… Et sans dire que cela nui aux affaires ! Lui faire perdre une partie de son influence permettrai à d’autre de pouvoir respirer plus librement.

La jeune femme qui s’occupait de moi semblait très bien s’y connaître en séduction, c’est alors qu’une idée me vint à l’esprit. Serait-il possible qu’elle sache également bien se défendre ? Je pourrais très bien proposer à Ozirh de l’envoyer récolter certaine information pour moi en échange de quelques bon procédé. Je pourrais discrètement les fournir en vivre ou autre chose  et elle pourrait me redonner la récolte de son travail tout en alliant plaisir et merveille. L’homme qui se tenait en face de moi commençait vraiment à me plaire et son influence dans cette ville commençait à se faire ressentir. Pourquoi ne prendrait-il pas le contrôle de la crique ? Cela pourrait être un très bon plan, il aurait ainsi un pied à terre et au vu de ses gouts, je pense que la sécurité et la qualité de la vie ici n’en serait que meilleur.

De combien d’homme disposes-tu l’ami ? Je me demande encore comment tu arrives à tenir la tête hors de l’eau face au Khaal. De même, j’ai quelques projets plus audacieux pour toi si tu le désires et, pour être franc, les dirigeants de la crique ne me plaisent guère, où du moins je les trouve trop eu fiable et surtout je n’ai aucune confiance en eux… Contrairement à toi qui me semble déja plus vif et plus réfléchi qu'eux.

Quel sera la réponse du pirate ? Sera-t-il l’homme, ou plutôt le démon, de la situation ?  Se montrera-t-il aussi ambitieux que je l’espérais ? Je pourrais néanmoins voir la progression de son entreprise et le guider peu à peu vers une ascension qui ne manquera as de montrer le respect au autre personne de cette ville que l’on pourrait presque qualifier de bidonville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Ven 23 Aoû - 18:06

Il était peu dire que j'étais satisfait, j'étais particulièrement heureux de la tournure des évènements, je pouvais sentir que Marchich l'était aussi, même si à vrai dire je ne savais pas si c'était mes paroles ou la prostituée derrière lui qui était en cause. J'étais bien décidé à jouer à son petit jeu, un jeu d'influence et de batailles épiques livrer dans l'ombre, cela ferait passer le temps et m'arrangerait grandement, presque tout ce qui pourrait déranger le Khaal m'arrangerait en fait. Il était vrai que c'était un homme dangereux, dirigeant une puissante armée et avec une forte influence sur les malfrats de la crique, mais moi aussi j'avais quelques tours. Mon inviter n'avait pas confiance en les autres pirates, il avait bien raison de ne pas le faire, une partie était des soumis au Khaal, l'autre sous son influence et la dernière le saoulerait avant de le vendre en esclave dans un bordel.
L’honneur et le respect ne comptait plus dans cette crique, les pirates n’avaient jamais été des chevaliers certes mais ils avaient été des malfrats avec un minimum de règles de savoir vivre et de codes ressemblant plus ou moins à de l’honneur et de la loyauté. Maintenant seul l’or compte pour eux, je devais être un des seuls pirates à avoir gardé publiquement ma dignité et mon honneur, cela était un avantage, pour preuve Marchich était venu me trouver. Il avait de la chance que sa proposition m’intéresse beaucoup, je sais comment traiter mes amis, il allait avoir un séjour des plus agréables, il ne devait que commencer à le percevoir grâce à la prostituée à ses côtés. Mais il est vrai que je ne reculais devant rien pour m’amuser ou rendre agréable ma présence aux gens que j’apprécie, boissons, nourriture, distractions avec des femmes et hommes, ma seule limite étant celle de l’or, heureusement pour moi l’or coule à flot.
Marchich continuait donc son discours, cela me flattait un peu d'être digne de confiance, mais je dois avouer que je ne faisais pas totalement attention à ses paroles. Je n'étais pas présentable et cela m'énervait quelques peu, toutes ces semaines en mer avait abimé mon maquillage, l'elfe l'avait bien remarqué et se mettait déjà à l'ouvrage me refaisant l'application du khôl soigneusement sur mes yeux pendant que j'écoutais mon interlocuteur. L'elfe avait déjà aussi préparé les huiles essentielles à côté, je pouvais donc savoir ce qu'il allait me faire après le khôl, j'aimais être beau, surtout devant les gens et tout particulièrement mes invités. Chose que bien peu de pirates comprenaient, même si mes conversations avec les invités finissaient généralement dans le lit.......
Je ne pensais pas que Marchich allait finit dans ma chambre, les charmes de la gente féminine semblait lui plaire, enfin peut être au cours de la soirée ce cas se poserait t’il, ce serait très agréable en cette froide nuit mais je me devais de me concentrer pleinement sur les paroles de mon partenaire d’affaire. Il est vrai qu’il soulevait une interrogation tout à fait légitime, l’’ampleur de mes moyens, j’avais moins d’argent que le Khaal, mais j’en avais tout de même pas mal, pensé à cela me faisait sourire, affronter le maître tout puissant des Calorems en personne.
«Tout est une question de puissance et d'influence dans cette crique, j'en ai beaucoup et je suis très prudent, voilà pourquoi je suis encore en vie, enfin le charisme aide aussi à cela. La puissance d'un homme ici ainsi que sa capacité à avoir des hommes se résume à 4 choses, l'or, le respect, la crainte et le savoir. Comme vous devez vous en douter je ne manque pas d'or, les pirates ici respectent un tant soit peu mon honneur et mon indépendance, mais ils savent aussi qu'il ne faut jamais me provoquer ou me trahir, sinon plusieurs histoires sordides risquent redevenir réalité. Et enfin le savoir, comme j'aime le dire un homme combler est un homme qui parle, et je sais tout particulièrement comment combler les hommes, les employés de cette maison close aussi alors vous devez vous doutez des informations que j'accumule depuis quelques temps Marchich...... »
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Lun 26 Aoû - 14:43

L’elfe qui semblait connaître à la perfection les goûts et surtout ce que désirait Ozirh, les deux hommes devaient se connaître depuis un certain moment. Le jeune elfe était en train de refaire le maquillage du pirate, soigneusement, essayant sans doute de le faire aussi vite et soigneusement que possible. Il est vrai que je n’avais souvent pas assez de temps pour prendre soin de mon corps étant donné mes nombreuse missions qui, m’emmenant d’un bout à l’autre du continuant, prenait tout mon précieux temps. Si seulement toute mes missions étaient les mêmes que celles que j’étais en train d’accomplir, même s’il s’agissait plutôt d’une de mes initiatives elle m’était à présent plus agréable qu’elle n’avait débutée.

Il me donna une légère idée de son influence, sa richesse et surtout de sa sagesse. Il rajouta ensuite à cette liste la « crainte »,  il est vrai qu’en tant qu’Elu c’était une partie intégrante de l’impression que je donnais à mes ennemies. La crainte faisait beaucoup dans ce monde, d’une part elle permettait d’éviter de grosse guère, tout peuple ayant reçu un avertissement de la part d’un des élus réfléchissait la plupart du temps et essayait de résoudre ses conflits d’une manière plus ou moins pacifique. D’autre part, lorsqu’un affrontement n’était pas inévitable, celui qui avait un élu dans ses rangs avait la plupart du temps de grandes chances de gagner.


Vous avez tout à fait raison, la plupart homme comblé parle bien plus qu’un autre homme, surtout sous la boisson et surtout lorsqu’il se relâche le plus en compagnie d’une personne qu’il ne considère pas comme étant une potentiel espionne. En ce qui concerne la crainte, j’avoue n’y avoir pas beaucoup pensé mais il est vrais qu’en combat, avoir peur de votre ennemie vous fait perdre quelques reflexes, quelques précieuses secondes et parfois… la raison. Mais il est évident que l’un comme l’autre nous n’avons pas forcément la même manière d’agir et c’est aussi la raison pour laquelle je ne souhaite pas intervenir directement dans la récolte d’information.

C’est alors que je me devais maintenant de voir l’étendu de ses connaissances actuelles, afin de voir jusqu’ou je pourrais aller. Quelles informations pouvait-il avoir en ce moment même ? Je ne pouvais malheureusement pas rentrer bredouille de renseignement demain, Maevos, et surtout Taomi, ne me le pardonneraient pas. C’est alors qu’une phrase raisonna dans ma tête, celle qu’Ozirh avait prononcé quelques instants plus tôt : *Vous avez eu de la chance mon cher, je ne suis pas un malfrat prostitué au Khaal, n'importe qui d'autres dans cette ville vous aurez vendu au mieux*

Je ne pense pas que tout le monde ici soit au service du Khaal, pourrais-tu me dire qui travaille pour lui ? Qui est plus ou moins neutre ? Et as-tu confiance en d’autres personnes dans cette ville ?

La femme de bonne compagnie avait quand à elle vu l’elfe être au petit soin du maitre des lieux, c’est alors qu’elle s’alla s’enquérir d’un peigne et d’huile essentiel afin de prendre soin de moi. Elle commença alors à démêler les différentes mèches qui tombaient sur mes épaules avant de remonter petit à petit. J’avais, quand à mois, effacer mes traits de calorem temporairement afin de faire disparaître mes quatre cornes, ce qui rendait la tâche bien plus facile à ma coiffeuse qui me le rendait avec un léger baiser dans le coup.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Lun 26 Aoû - 23:14

Nous en étions enfin venus au morceau le plus intéressant de cette soirée, un morceau de choix dans notre petite affaire, mon très cher acolyte voulait des informations sur les gens de confiance, les vendus et ceux ne savant pas se décider, une requête honorable. Il ne devait pas faire partie des habitants de la crique depuis longtemps, ce n'était pas des informations très difficiles à savoir, en apparence tout du moins, car je savais exactement qui éviter et qui égorger. Il ne voulait pas interférer dans mes méthodes de travail, cela était fort satisfaisant car mes méthodes marchaient. Elles marchaient tout particulièrement car je savais utiliser la combinaison magique dans cette crique et plus globalement chez les calorems, une méthode que je jugeais plus ou moins infaillible selon l'interlocuteur.
Mon jeune elfe avait finit mon maquillage, je me sentais beaucoup plus beaux soudainement, ainsi il se mettait déjà à l'ouvrage avec les huiles essentielles aux odeurs les plus exotiques, il ne se privait pas ainsi de quelques tendresses bien plaisante au passage. Je voyais déjà Marchich envouter par les charmes de ma jeune amie, elle était douée et suivait à son tour les initiatives de mon amant aux longues oreilles. Converser avec mon interlocuteur était très plaisant, je voulais concrétiser notre affaire, mais lentement le doute commençait à m'envahir, un homme venant me voir pour affaiblir et Khaal et voulant des informations sur les gens de « confiance ».
Il pouvait être un espion ou un concurrent ou que sais-je encore, car comme je le dis un homme combler parle toujours, ce n’était sûrement qu’une peur illégitime mais je n’allais pas lui donner les informations extrêmement importantes dès notre premier soir. J’allais attendre un peu pour celle-ci, attendre d’avoir des garanties et puis dans le pire des cas nous pouvions encore patienter un peu avant de nous livrer tous nos petits secrets. Je souriais à Marchich, portant une coupe de vin que l’elfe m’avait servi à mes lèvres, un vin rouge comme le sang, il était exquis.
« Voyez-vous Marchich, il ne faut avoir confiance en personne dans ce monde, surtout pas dans cette ville d’ailleurs, cela est généralement la première et dernière erreur. Je suis disposé à faire affaire avec vous mon cher, mais j’espère que vous ne pensez pas que je vais vous dire tout ce que je sais. Notre relation évoluera bien assez tôt en ce sens, mais avant il me faut des garanties, des contre parties, vous pourriez être avec le Khaal ou qui sais-je d’autre encore. Si cela était vrai, je vous conseille de ne pas me trahir, je ne suis pas crains pour rien mon cher, concernant les informations, je ne vais pas tout vous dévoiler, pas à notre premier rendez-vous…… »
Je finissais mes paroles avec un rire léger, j’avais certes menacé directement mon convive mais il comprendrait en bon homme d’affaire qu’il vaut mieux prévenir que de devoir le dépecer vivant. J’entendais non loin des gardes venir se placer à proximité, des mercenaires engage pour protéger la maison close et ma personne, il était tout naturel qu’ils soient là en cas de problèmes avec mon inviter. Cela restait dissuasif et puis leurs uniformes étaient très attrayant je l’avoue. J’avais finis ma coupe de vin, je devais veiller à ne pas trop boire alors je repoussais d’une main la seconde coupe de vin que mon elfe me proposais, préférant lui laisser la boire lui-même. Je ne savais pas quelle heure il était, il faisait maintenant totalement sombre à l’extérieur et pourtant je commençais à peine à m’amuser…..
« Mais vous aurez tout de même quelques informations à vous mettre sous la dent, ne vous inquiétez pas, je sens qu’on va prendre beaucoup de plaisir ensemble…… »
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Mer 28 Aoû - 15:21

L’elfe avait fini de préparer son maître, ou du moins me sembla-t’il puisqu’il commença à s’employer à le masser à l’aide d’huile essentiel. Sa camarade l’imita après en avoir terminé avec mes cheveux. L’ambiance devenait de plus en plus aphrodisiaque pour ne pas me déplaire. Les voluptueuses caresses de la jeune et belle créatures ne me laissaient pas plus indifférent que semblait l’air Ozirh avec son elfe. Mais lentement je pouvais voir les mouvements de jeune elfe devenir plus appuyé, plus profond. Qu’est ce qui pouvait bien tendre mon interlocuteur ? Il ne me semblait guère avoir commis d’erreur pour l’instant ou avoir  dénigré quelque soit les paroles de celui qui m’inviter ici, bien au contraire. Il se mit à sourire avant de me répondre, était-ce une crispation purement physique et passagère ? Je me devais d’être méfiant sans toutefois le montrer.

L’inverse m’aurait surpris venant d’une personne tel que vous et qui plus est toujours en vie. Je ne suis le genre d’homme qui trahit ceux qui lui donne ce qui était convenu. En parlant de garantis, quel genre désirez vous ? Trouver des informations sur moi vous sera très difficile je le crains malheureusement.

Des bruits de pas se firent entendre et bientôt des gardes arrivèrent dans tes tenues qui ne semblaient pas déplaire à mon hôte. Je ne pouvais quand à moi me laisser intimidé par cette petite supercherie qui devait sans doute être sensé décourager les espions et les traîtres. Pendant que ma main glissa lentement contre le sofa pour aller trouver la garde de mon épée, mon autre main s’abusait à faire passer de doigts en doigts une petite boule de feu. Cela avait surtout pour but de me  m’amuser et de montrer également à mon interlocuteur ce que je pouvais entreprendre dans ce lieux emplit de voilage.

Et comme vous pouvez le voir, j’ai également certains artifices qui peuvent se montrer assez utiles contre les traitres. Je pense qu’ils seront bien mieux à vos côté que contre les vôtres. Loin de là de vous menacer bien sur. Comme vous le dites si bien, il faut savoir se montrer prudent.

Je ne souhaitais pas montrer l’étendu de tout mes pouvoirs afin de ne pas donner la puce à l’oreille à celui qui me faisait face. Il aurait été stupide de ma part de montrer d’autre signe d’une possible attaque au risque devoir les gardes venir se rué sur moi sans oublier la femme de bonne manière qui pouvait quand à elle avoir une dague dissimuler quelque part sous ses jupons. Je choisis alors d’essayer de désamorcer cette tension qui venait de s’installer. Ma main quitta mon épée pour rejoindre l’une de mes cuisses, l’autre se referma, laissant disparaître la petite boule de feu.


Mais il n’y a aucune raison que l’un d’entre nous ne fasse une traitrise je pense. Au moins nous savons à quoi nous en tenir et à ceux qui se mettrons en travers de notre chemin.


Je dis cela le sourire aux lèvres, levant alors le verre que m’avais servit la prostituée quelques minute plus tôt. Celle-ci revenait près de moi alors qu’elle avait pris ses distance quelques instants plus tôt lorsque les tensions s’étaient manifesté avec l’arrivé des mercenaires d’Ozirh. Elle recommenca alors à me masser et du sentir certainement la chaleur qui émanait de moi puisqu’après avoir commencé à légèrement transpiré, laissant une petite coulé ruisseler entre ses seins, elle partie entrouvrir la fenêtre qui se trouvait derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Mer 28 Aoû - 23:23

J'aimais Marchich, c'était désormais un fait avéré, bien que je l'avais menacé de mort et que lui aussi l'avait plus ou moins dit indirectement, il me plaisait beaucoup, je dois dire qu'il avait réussi à me détendre, sa réplique étant je l'avoue plutôt amusante. Il n'avait pas peur de moi et me l'avait fait remarquer, je n'avais pas peur de lui et je lui avais fait remarquer, il voulait toujours continuer notre relation d'affaire et le plus important n'avait pas essayé de me carboniser vivant. Mon inviter maitrisait donc le feu, a un petit niveau au moins mais personne ne montrerait ses véritables capacités tout de suite, le feu me passionnait véritablement, je n'avais pas hérité de pouvoirs démoniaques à ma connaissance.
Ainsi le voir jongler avec cette petite boule brûlante, m'avait énormément plu, fasciner même, il dut le remarquer vu le sourire dont je m'étais targué suivi très bientôt d'une légère déception quand il fit revenir la fille. Après tout j'avais pris énormément de plaisir à le voir jouer avec, maniant les flammes comme un peintre manierait un pinceau, ces flammes éclairant son torse, cela lui donnait une allure je l'avoue extrêmement attirante, heureusement j'avais des manières et un elfe pour subir mes caresses.....
J’étais donc persuadé que notre relation pourrait évoluer dans le bon sens, il avait raison tous ceux se mettant en travers de mon chemin subirait un sort pire que la mort. Je ne connaissais pas Marchich, mais il m’intriguait véritablement, lui aussi ne devait pas vraiment me connaitre, je ne suis pas un homme cruel en soit, je suis même assez diplomate, mais je suis rancunier et sait comment envoyer un message, mais toujours avec finesse et je l’espère un certain sens de la poésie. La fille était allé ouvrir la fenêtre, il est vrai que la pièce s’était réchauffer avec le petit jeu de Marchich et de sa boule, il était bon de sentir l’air frais sur mon corps plus ou moins nu.
Néanmoins quelques frissons me parcouraient, ils furent très vite calmer par Elendiel, cet elfe était une véritable perle, se serrant doucement contre mon corps pour le réchauffer. Cette nouvelle atmosphère de proximité était idéale pour continuer nos conversations, le fait que la fenêtre soit ouverte n’était même pas un problème, nous ne parlerions pas d’informations cruciales et importantes dans cette pièce.
« Je suis ravi de voir que nous nous comprenons parfaitement mon cher, je pense que notre relation d’affaire ainsi que nos objectifs ont de beaux jours devant eux, qui plus est je l’avoue vous me plaisez énormément Marchich. Cette habilité avec cette boule, cette flamme était magnifique, je me demande bien ce que vous pouvez encore faire, vous devez avoir bien des talents avec vos flammes. Mais je dois dire que vous semblez avoir bien des informations sur moi, mais malheureusement je ne sais de vous quasiment rien à l’exception que vous êtes un magnifique démon de sexe masculin aimant jouer avec les boules, cela est assez maigre ne trouvez-vous pas mon cher ? »
Je me délectais de la situation, il n’y avait rien de meilleure qu’une discution intéressante avec un homme intéressant, de la boisson, de la nourriture et des gens pour prendre soin de soit. Je m’amusais à scruter chaque réaction de Marchich, ce petit jeu aurait pu durer longtemps si Elendiel n’avait pas fait amener la pièce maîtresse de la soirée. Il faisait longtemps que je cherchais à changer d’apparence, à être beau, enfin encore plus que je ne l’étais déjà, ainsi il me fit amener une commande tout droit venu des humains, il avait suffit d’un peu de contrebande pour me le procurer. Les femmes nobles humaines l’appelaient manucure, une couleur pour les ongles, il l’avait de suite posé à mes côtés et préparait le mélange pour m’en faire profiter. Je devais avoir l’air d’un enfant devant un nouveau jouet, regardant avec curiosité toutes les couleurs qu’on pouvait fabriquer avec leurs techniques.
« Marchich, vous qui semblez avoir bon goût, que me conseilleriez-vous comme couleur ? Je l’ai fais importer directement de chez les humains ! J’aime essayer de nouvelles choses…... »
Revenir en haut Aller en bas
Marius Drake
Elu du feu
Elu du feu
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 30/07/2013

Feuille de personnage
Race: Calorem
Âge: 965
Niveau: 1

MessageSujet: Re: un retour au pays   Ven 30 Aoû - 19:34

Ozirh m’appris qu’il m’aimait bien, et je dois l’avouer somme toutes qu’il était plutôt sympa. J’eux juste peur l’espace d’un instant qu’il ne veuille que je termine dans sa chambre… Je lui ferai gentiment comprendre que la personne qui risquait fort de terminer dans mon lit n’était autre que l’une de ses femmes de bonnes compagnie. Il avait l’air d’apprécier le feu, ou du moins ce que je pouvais en faire. Il ne lui faudrait pas longtemps pour qu’il me voie à l’œuvre si nos affaires continueraient à progresser et se diversifier. Puis il me demanda des informations sur moi, il est vrai que mes sources m’avait parlé de lui mais il ne savait de moi que ce que j’avais pu lui dire.  Son elfe de compagnie avait quand à lui ramener différente type de vernis à ongles, il est vrai que je n’en avais jamais vu de mes propres yeux mis à part sur les voyageuses elle même. C’est alors qu’il me demanda un conseil pour la couleur du vernis.

Ma foi il est vrai que vous ne savez pas grand chose sur moi, et que j’en connais un peu plus sur vous. Néanmoins, je pense que d’entre nous je suis celui qui risque le plus gros en venais dans cette crique. J’espère que vous ne m’en voudriez pas si j’attendrais notre premier échange d’information pour vous donner plus de détail sur ma personne.

Concernant la couleur de votre vernis, je vois que vous avez un large panel de couleur, pourquoi ne pas faire plutôt un mélange de forme et de couleur ? Quelque chose qui vous lierait à votre caractère et a cette endroit. Après j’avoue avoir de net préférence pour le bleu marin, puis le rouge. Mais je pense qu’il serait difficile d’allier ses deux couleurs à la perfection.


Pendant ce temps, la demoiselle de bonne compagnie commençait à s’aventurer près des vernis, c’est avec politesse que je lui fit signe de ne pas m’en mettre. Je ne souhaitais, contrairement à mon hôte, porter quelque chose qui pouvait provenir des humains du dôme. Le seul contact que j’avais avec leurs « produits »était lorsque je les ramenais au temple pour qu’il soit examiné. La soirée commençais à être longue, j’avais fait une longue route, une longue journée de travail et le pirate, qui était prudent,  ne souhaitait pas donner d’information immédiatement. C’est alors que je sorti délicatement l’une des cartes que j’avais tracé pendant la journée suite au renseignement que j’avais collecté. Délicatement, je posa l’une d’entre elle sur la table.

Comme vous pourrez le voir, voici l’un des chemins qu’emprunte les marchands depuis quelques jours afin de détromper les navires pirates. Je vous la donne en premier lieux, ce tracé sera vite découvert par d’autre pirate sans que je n’ai à leur donner d’information mais je pense que cela leur prendra cinq à six jours avant de la trouver. Les autres cartes, elles, montrent des chemins bien plus complexes et l’une d’entre elle… est assez spéciale.

Je commença à ranger délicatement mes rouleaux dans ma poche. Marius pensa alors que ce serait un bon moyen de lié le contrat que de lui donner. Cela montrerait également sa bonne foi et que malgré le manque d’information qu’il possède, Ozirh ne verrais pas en lui un adversaire si ce n’es au nombre de décibel de la personne qui partagerais leur chambre. C’est alors que… entrouvrant légèrement la bouche et mettant une main devant celle-ci je ne pu m’empêcher de bailler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: un retour au pays   Sam 31 Aoû - 19:10

La réponse de Marchich était ma foi intéressante, je fis mettre immédiatement Eldendiel à la tâche, il me connaissait et saurait exactement quoi me mettre, le noir et le rouge m'allais particulièrement bien, il est vrai que les marins de la crique jaseraient de cette nouvelle apparences, mais j'étais souvent le centre de conversations, après tout j'étais assez atypique comme capitaine pirate. Mon excitation suffisait à couvrir ma légère déception sur ma connaissance sur mon inviter, mais au final cela ne pressait pas et il avait raison d'être prudent, je l'étais tout autant. Il m'avait donné d'avance la première carte des trajets commerciaux, cela me donnerait un avantage certain sur les mers pendant quelques temps, mais il avait bien plus de cartes et cela m'intriguait.
Inutile de dire que j'étais impatient de travailler avec lui, malgré tout cela devrait attendre au moins le lendemain, il se faisait tard et je voyais déjà Marius bailler. Il n'allait pas tarder à se laisser prendre dans des songes, enfin la fille de chambre allait l'empêcher de dormir pendant quelques temps j'en étais persuadé. A vrai dire je n'étais pas si fatiguer que ça, enfin cela aurait pu être pire, les dernières servantes avaient totalement débarrassé la salle de ses plateaux et autres choses apporter cette soirée. Les fenêtres avaient été fermés, elle retrouvait déjà de sa superbe tandis que je disais quelques derniers mots à mon inviter, le sourire aux lèvres.
« Vous avez tout à fait raison, je vois aussi que la fatigue vous prend, nous pouvons arrêter notre discutions pour ce soir, je peux vous affrétez une chambre mais j’ose espérer que vous serez encore assez en forme pour goûter au dessert ce soir mon cher, savourez mon hospitalité, j’espère que nous aurons l’occasion de rediscuter ensemble dès demain, souvenez-vous que mon hospitalité est grande, ainsi que gratuite……»
Je m'étais levé accompagner d'Elendiel et de la boîte, nous allions devoir finir notre maquillage dans ma chambre loin des regards, la porte fermer à clé, une très bonne soirée en somme. J'avais fait mandater la fille accompagnant Marius pour qu'elle le comble ce soir et lui tienne compagnie, elle avait été payée de ma part ainsi il verrait ma grande générosité et puis peut être pourrait t'elle m'apporter quelques informations sur lui.......enfin autre que sexuelles. Le destin ou mon esprit rempli de malice avait voulu que nos chambres ne soient pas très éloigné, nous n'étions pas voisin mais presque, cela me permettrait de garder un œil sur mon inviter en cas de problème que mes gardes ne pourraient pas résoudre.
Je rentrais enfin à mes appartements avec Elendiel, ils étaient encore plus orientaux et fourni que ma salle personnelle, un petit havre de paradis dans cette crique, je m'asseyais sur le lit, mon elfe continuant sa manucure. J'essayais tant bien que mal d'écrire une lettre à un de mes contacts, avoir qu'une main de libre n'était pas forcément l'idéal pour cela mais je ne pouvais pas attendre plus longtemps, je devais commencer à récolter des informations. Enfin je devais surtout être prêt pour quand Elendiel aurait finit ma manucure, le pauvre serait bien vite sollicité en cette froide nuit, des semaines en mer devaient bien se rattraper.
Ma lettre fut finis d’écrire bien assez vite, je pus donc observer la carte que Marchich m’avait donné, j’entendais déjà les gardes devant mes appartements, ils venaient assurer a sécurité au cas où et très certainement apprécier la soirée qui arriverait…..Les minutes passaient et la manucure fut enfin finit, ma lecture de cette carte aussi, il ne manquait plus que deux choses pour que cette nuit soit parfaite, Elendiel et une bonne nuit de sommeil, enfin si j’arrivais à dormir…….
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: un retour au pays   

Revenir en haut Aller en bas
 
un retour au pays
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au pays [PV Kanoë]
» Cahier d'un retour au pays natal :Marc H
» Retour au pays [Pv Meri}
» Retour au pays du Sénateur du Nord-Est Rudolph Boulos
» Retour au pays... [Erys + Karlson + ...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra Cadecta :: La crique des pirates-
Sauter vers: