Là où tout semble perdu, un espoir persiste toujours…
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En attendant la marée montante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Theadric

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Race: Ange Sombre
Âge: 362
Niveau: 1 - truc de base

MessageSujet: En attendant la marée montante   Sam 9 Nov - 12:24

Sous forme humaine et caché entre deux caisses et assis sur le ponton, les jambes pendant dans le vide, je laisse la brise caresser mon visage. Les embruns formés à la crête des vagues forme des motifs légèrement hypnotique. La brise venant du large combat avec peu de succès les relents malodorants venant de l'activité des démons travaillant sur le port. Bien qu'atténué par les caisses et emporté par le vent, les bruits du port forme un bruit de fond continue.

Cela fais plusieurs siècle que je n'étais pas revenu ici. Un brin de nostalgie mal placé m'a conduit en ce lieu. Après tout, c'est ici que ma vie à commencé à changer. Les souvenirs ne sont pas la seul chose qui m'ai conduit ici. J'attend le bateau contenant le payement de ma mission pour l'école de magie. Une mission qui me fais revenir d'Emeghor après plusieurs jours de vol et où j'ai du livrer une aberration pour tout pratiquant de la magie : un absorbeur de magie. L'officier qui l'a commandé semblait pressé de l'essayer. Je plains le pauvre bougre qui sera touché par cette chose: je l'ai testé sur moi avant de partir et il ne fait pas qu'absorber la magie. L'absorption remonte le long des nerfs et donne l'impression d'être écorcher vif. Proprement déplaisant.

Après quelques heures à attendre comme ça, je me lève et passe de l'autre côté des caisses. Il doit être midi et des dockers mangent. Marins, dockers, esclavagistes et esclaves rendent l'endroit très vivant. Un balai incessant de marchandise qui se charge-décharge ou pour avitailler les navires. Les lieux ont bien changé en près de deux siècles et demi. Plusieurs ruelles sont maintenant bouchées. D'autres ont vu le jour. Les bâtiments aussi ont changés. S'il y en a bien quelques nouveaux tel l'annexe des esclavagistes, la plus part ont vieilli. Et mal vieillit.

Cela fait maintenant plusieurs minutes que j'ai l'impression d'être suivi. J'ai bien pris de petits passages pour les semer mais il faut croire que ma mémoire n'est pas aussi bonne que je le pensais. Ou alors les rue ont beaucoup plus changer que ce que je pensais. Ils sont cinq et je ne penses pas que je pourrais tous les affronter. La ruelle où je suis est encombrée mais surtout, je ne vois pas le ciel. Ce qui veux dire que je ne peux pas m'envoler.

Coincé. Ils sont devant et derrière moi. Trois démons et deux humains. Particulièrement moche et sales. Pas besoin d'un dessin pour comprendre ce qu'ils veulent.


"Alors, on se promène la mignonne? Ton maitre n'est pas là pour te sauver. Ca te dirais d'être gentille avec nous? Je suis sur que tu vas l'être!"

Arg, encore pris pour une fille.
"Je ne penses pas. Je ne crois pas qu'un seul d'entre vous me touchera."
Il ne me reste qu'a faire suffisamment de bruit pour attirer les gardes ou me créer un passage. Bref concentration et les détritus dans la ruelle commence à se soulever. Je les bombarde et l'un d'entre eux prend un coups sur la tête alors qu'un autre prend ce qui ressemble a un cagot dans le bas ventre. Trois d'entre eux sont assommé ou plié en deux.

Je cours hors de la ruelle et débouche dans une rue où se trouve peu de monde, les deux derniers poursuivants derrière moi. Un démon à moitié dévêtu se trouve parmi les quelques passants.


Theadric a écrit:
J'espère que ça te convient. Si tu veux modifier la fin, libre à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   Lun 11 Nov - 0:27

La crique des pirates, un endroit fort charmant, agrémenter de ses ivrognes, de ses catins et pour ne rien laisser de coter de ses coupes jarrets, une ville dégénérer qui ne fonctionne que grâce à l’argent et la peur fournit par les pirates présents. Les capitaines se battant tels des chiens enragés pour récupérer ses maigres pitances, si je devais mentionner un exemple pour illustrer la pourriture rongeant cette ville cela serait le quartier des docks. Il est à la fois la porte d’entrée vers cette cité mais aussi la frontière, séparant les parasites des gens plus aisé, des hommes comme moi et mes semblables de la plupart des autres.
Ainsi la cité ne reconnaissait que l’argent comme valeur, la morale ou l’honneur étant optionnel, les pauvres étaient dans les quartiers des docks et adjacent tandis que les castes supérieurs se partageaient le luxe plus en hauteur. Bien que j’ai ma place parmi les élites il me plait d’arpenter cette cité entièrement, des hauts quartiers jusqu’aux détritus des docks, cela permet de voir à quel point ce monde est dur et cruelle, mais que nous avons réussi à en devenir les maîtres, une sensation plutôt agréable ma foi. Mais nous pouvons aussi trouver des choses intéressantes dans ces quartiers, des objets inédits ainsi que des contacts aussi dignes de confiance que le Khaal, mais non dénuer d’intérêt.

J’arpentais donc en une magnifique journée ces quartiers qui un temps furent les miens, le temps de devenir un homme important, les tavernes et filles de joies pullulaient ainsi que leurs nombreuses afflictions, là n’était pas la question, je n’étais pas en ces lieux dans un quelconque but autre que faire passer le temps. Il faut bien s’occuper avant de retourner en mer après tout, mon équipage fréquentait ce genre de tavernes, sales et humides, peupler que par les ivrognes, les voyous et les catins. Moi je préférais rester le long des docks, observant la mer et les travailleurs, chargeant et déchargeant des navires toute la journée, la plupart d’entre eux sont des esclaves, une bien triste vie quand on pense à mon propre passer, il est vrai que si je le pouvais je les libérerais tous et pourfendrais les gens qui les asservissent, mais malheureusement le monde n’est pas ainsi.
Je restais toute ma journée vagabondant entre les quais avant de décider que ce spectacle ne m’amusait plus, je me mis alors à parcourir les petites ruelles juste derrière les docks, passant les quelques petits marchés en plein airs que pouvait m’offrir ces lieux. Je dois avouer que je fus plusieurs fois tenter par plusieurs beaux tissus artisanaux que je m’empressais de récupérer, je m’engouffrais aussi dans des ruelles moins bonder, plus dangereuse. Celles-ci étaient les lieux de larcins habituels, un habitant ou un visiteur habituel esquiverait de tout son possible ces endroits dangereux, mais un capitaine pirate avec autant d’expérience que moi s’en délecte. Même si je dois avouer que l’humidité et la crasse de ces ruelles abîment fortement mon khôl, enfin personne ne se risquerait à affronter Ozirh al Vashir, que je sois seul ou non, tous ont eu vent de ma réputation et de mes exactions.
La soirée allait bientôt débuter, tandis que le khôl commençait à couler un peu, cela m’énervait énormément et je n’avais pas envie que quelques voyous viennent me pourrir cette journée, ainsi au vue de mon regard tous se tenaient à l’écart, j’essayais de retrouver mon chemin dans ces satanées allées lorsque j’entendis un vacarme venant de ruelles derrière moi. Je n’avais pas eu le temps de véritablement comprendre ce qui se passait que des gens me bousculaient, poursuivant quelqu’un dont je n’avais pas eu le temps de voir le visage. En temps normal je ne me serais pas mêlé de tout cela, mais un des individus en me heurtant avait fait tomber le superbe linge que j’avais acheté, il était désormais rempli de tâches de boue et piétiner. Cela en plus de mes mésaventures passé me donnait des envies de meurtres, il ne fallut pas longtemps pour que je ne suive ces hommes en pleine course poursuite.
Il ne fallut que quelques secondes pour que le traquer ne tombe dans une impasse, j’avais pu entendre des brides de conversations de ces malfrats alors qu’il le tenait à leur merci,  il voulait violer cette personne qui était apparemment une esclave, je m’approchais alors derrière ces hommes observant leurs proie. L’incroyable stupidité de ces gens me donna envie de rire, mais j’avais envie de leur donner une punition, étant un homme poli je fis un petit peu de bruit pour attirer leur attention tandis que le spectacle pouvait commencer.
« Je vous souhaite le bonsoir messieurs, capitaine Ozirh al Vashir, Je dois avouer que vous m’avez été fort amusant à regarder, mais je me dois de vous spécifier que cette femme est en fait un homme. Enfin ce n’est là que menu détail pour de forts et braves gens tel que vous, je dois avouer que vous m’avez fort froisser en mettant en pièce mes petits morceaux de tissus orientaux acheter pour mes rideaux, mais je suis prêt à passer outre cette insolence si vous laissez ce jeune homme tranquille. Ou bien je me verrais obliger de couper moi-même vos gorges, esclave ou non il mérite le respect et à ne pas devoir toucher des primates tel que vous…. »
Revenir en haut Aller en bas
Theadric

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Race: Ange Sombre
Âge: 362
Niveau: 1 - truc de base

MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   Lun 11 Nov - 21:09

Je cours aussi vite que possible. J'ai bien réussi à passer entre une partie de mes agresseurs car ils ont eu l'air surpris de se faire attaquer par les déchets trainant dans la ruelle. Je finis de soulever ma houppelande pour courir un peu plus vite.
La rue. Avec un peu de chance, je vais avoir de l'aide ici. Coup d'œil rapide. Ah non, deux pelés, un tondu et un démon à moitié nu que tous le monde évite. Tant pis. Je passe proche du démon. Torse nue, il porte des bijoux qui lui servent de parure. Une épée pend d'un côté et une dague équilibre la ceinture de l'autre côté. Son regard sombre indique clairement qu'il ne veux pas être ennuyer. Si j'avais eu le temps, je me serai étonné du fait que ce démon n'ai pas eu d'esclave derrière lui pour porter les tissus qu'il a sous le bras.

Des bruit derrière moi qui ne sont pas des gémissements m'invite à me dépêcher. Je tourne dans une ruelle qui, si je ne me suis pas tromper, me ramèneront vers les docks. Je continu de courir en jetant un coup d'œil vers la rue.
Une impasse!! Pas ma journée, vraiment pas!
Je me mets dos au mur et tâte sur mon côté gauche, pour récupérer ma dague. Dague que je n'ai pas, j'ai voyagé léger car je devais passer le bras de mer. Rapide coup d'œil dans la ruelle, le temps que les deux mécréants en bloque l'entrée. Des détritus à nouveau. Une fois de plus, la ruelle est trop étroite pour que je déploie mes ailes ou ne me concentre pour me faire décoller.

Un humain et un démon. Ils ont sortis les couteaux maintenant et semblent vraiment prêt à utiliser la violence pour arriver à leur fin.

"Alors, tu vas te laisser faire maintenant? Si tu veux, on peut aussi utiliser ça pour te dessaper!"

Je me ramasse un peu pour me préparer au combat. Un individu supplémentaire apparait dans l'entrée de la ruelle. Il veut aussi sa part du "gâteau" peut-être.

Grattement de gorge.

Ozirh al Vashir a écrit:
« Je vous souhaite le bonsoir messieurs, capitaine Ozirh al Vashir, Je dois avouer que vous m’avez été fort amusant à regarder, mais je me dois de vous spécifier que cette femme est en fait un homme. Enfin ce n’est là que menu détail pour de forts et braves gens tel que vous, je dois avouer que vous m’avez fort froisser en mettant en pièce mes petits morceaux de tissus orientaux acheter pour mes rideaux, mais je suis prêt à passer outre cette insolence si vous laissez ce jeune homme tranquille. Ou bien je me verrais obliger de couper moi-même vos gorges, esclave ou non il mérite le respect et à ne pas devoir toucher des primates tel que vous…. »
Une chance pour moi. Je concentre ma magie et tous ce qui traine dans la rue commence à flotter à quelques millimètres au dessus du sol. Je sens ma magie s'enrouler autour des deux malfrats dont les yeux font des aller retour entre le capitaine et moi. J'en profite pour m'envelopper dans ma magie aussi et me prépare à bondir. Un bref instant ne passe avant qu'ils ne se retourne vers le capitaine démon. J'attend qu'ils soit presque arrivé sur lui pour déchainer ma magie et tous se passe en une fraction de seconde.

Je bondis en y ajoutant ma magie, ce qui me permet de faire un bond suffisamment haut et long pour que le deuxième sort fasse effet. Sort qui consiste à attirer vers le mur de l'impasse les malfrats avec une grande vélocité. Vélocité suffisante pour à moitié assommé ceux-ci. Après un atterrissage à moitié réussi, et un peu plus de boue sur les bottes de mon sauveur providentiel. D'un geste ample, je lance un troisième sort, histoire de finir le travail. Tous les détritus, qui flottaient, se lancent à l'assaut des deux humanoïdes plaqués contre le murs, redéfinissant la peinture mural et finissant le travail.

Lentement, je me redresse et lisse mes vêtements avant de me retourner et de faire une légère révérence.

"Je vous remercie Capitaine, grâce à votre intervention, j'ai pu avoir le temps de rassembler assez de magie pour ... me libérer de ces idiots. Je tiens à m'excuser pour les désagréments qui en ont découlé."
Je montre les tissus et les bottes crottés.
"Je me nomme Theadric et comme vous avez pu le voir, je suis un mage. Je dois aussi avouer que vous m'avez agréablement surpris en voyant que je suis un homme. Que puis je faire pour me faire pardonner?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   Mer 13 Nov - 21:38

Je n'avais pas eu le temps de faire grand-chose pour cet esclave, qu'il avait déjà réglé le problème avec une efficacité surprenante, mon discours n'ayant servi qu'à détourner l'attention de ces vauriens le poursuivant. Enfin au moins avais-je effectué un simulacre de bonne action pour la journée, même si ça c'était révélé très salissant, une partie de mes habits avaient été éclaboussé par la boue et j'avais reçu un peu de sang sur moi à cause de l'impact des criminels. Cela aurait pu être pire, mais ça contrastait bien avec ma peau sombre et ma manucure qui était aujourd'hui d'une bleue mer et de noir. Un peu coulait même le long de mon torse en accord avec le khôl coulant sur mon visage, je n'avais pas l'air très beau par rapport à d'habitude, enfin j'allais déjà mieux que ces malfrats.
La politesse de cet homme, Theadric était elle-même assez appréciable, disons que les gens et plus particulièrement les hommes n'ont aucune manière et encore moins lorsqu'ils sont ivres, ce qu'ils sont tout le temps. Il était aussi mage, un talent très utile en ce monde, je n'avais jamais été un grand mage, ou un guerrier d'exception ou même un très fin voleur, je n'avais toujours pu compter que sur mon charisme et mon corps pour m'en sortir, alors voir un tel talent me surprenait agréablement.
Mais il était aussi un esclave de ce que j'avais compris tout du moins, j'ai toujours haït l'esclavage, faire d'un Homme un objet, lui enlever toute liberté est une chose qui me met hors de moi, la mort est pour moi préférable à ce sort, mon passer d'esclave devant influer sur ce raisonnement si anti philosophie Calorem. A ce stade je n'avais envie que d'une chose, l'emmener loin d'ici et brûler le marché aux esclaves, mais ce n'était pas possible, je souriais donc à Theadric, enfin essayait de sourire en considérant que j'avais une tête assez approximative par rapport à mes standards de beauté personnelle.
« Nul besoin de t’incliner devant moi, roi ou esclave, je n’ai que faire de ton statut, tu peux m’appeler Ozirh, enfin je ne pense pas que tu me doives quelque chose pour tout cela, je connaissais les risques en venant affronter dans une ruelle deux hommes.  Enfin tu peux peut être faire quelque chose pour moi, allons dans un endroit où je peux me laver, avoir une apparence convenable, nous pourrons parler plus amplement. Je dois avouer que j’ai aussi beaucoup d’affinité avec le genre masculin, ce n’est pas étonnant que je t’ai reconnu, même si je dois dire que cette apparence un peu féminine t’est d’une grande beauté.»
Suite à ma déclaration j'avais jeté à terre les tissus remplis de boue que j'avais acheté, cela me faisait un léger pincement au cœur mais ils étaient tellement sales maintenant, enfin cela n'avait pas d'importance je pourrais en trouver d'autres très vite et pour pas très cher. Et puis peut être que cela allait profiter à quelques enfants défavoriser, en sorte une deuxième bonne action en une journée, chose assez rare chez moi étant un pirate il faut le rappeler. Je me décidais au passage à enfin approcher mon interlocuteur, d'assez prêt pour lui susurrer quelques mots avec ma légèreté habituelle.
« Et puis je n’allais pas laisser ces horribles monstres abuser du corps et de l’esprit d’un si jolie minois, ceci est ma tâche….. »
Je m’écartais un peu de son visage en souriant malicieusement, j’aime beaucoup jouer avec les beaux jeunes hommes, je me délecte à les troubler puis enfin à les dévorer tout cru, une sorte d’incube en moins mortel et plus plaisant. C’était une très belle journée pour jouer, mais avant cela il fallait se laver…..
Revenir en haut Aller en bas
Theadric

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Race: Ange Sombre
Âge: 362
Niveau: 1 - truc de base

MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   Jeu 14 Nov - 15:35

Je profite de la première déclaration de mon interlocuteur pour le regarder véritablement, n’ayant pus jusque là que jeté de rapides coups d’œil. Plus grand que moi de presque une tête, de beaux cheveux d’un noir de jais encadre un visage fin. Le maquillage plutôt sombre semble légèrement imparfait à cause de la moiteur et accentue les ombres autour de son regard ténébreux et légèrement terrifiant. L’accumulation de bijou formant sa parure aurait aisément pu le rendre grotesque si elle ne mettait pas en valeur sa peau sombre et brillante ou son torse aux muscles fermes et parfaitement dessinés. Le sourire du démon adouci toutefois l’aura manifeste, tangible et pourtant insaisissable de pouvoir ou de puissance se dégage de cet individu.

Quand il se penche vers moi pour me susurrer quelques mots, je peux sentir une fragrance délicate et fugace émaner de lui. Fragrance qui ne m’empêche pas de me figer, pâlir légèrement et déglutir. Serai-je passé de Charybde en Scylla ?

Le démon, inconnu il y a quelques minutes, recule son visage suffisamment pour qu’il me redevienne visible et m’adresse de un sourire qui semble plein de promesses. Promesse restant toutefois à définir….

Très rapidement et devant l’absence total de réaction à son sourire, il se rend compte que l’effet obtenue n’est peut être pas celui qu’il cherchait à obtenir.

Calmement et doucement, Ozirh pose une main sur le bras du demi-démon, le faisant sortir de sa torpeur.

« Allons mon ami, nul besoin de tirer cette tête. Venez, accompagnez-moi ! »

Profitant de l’instant, le capitaine en profite pour passer son bras dans celui de son interlocuteur et tournant, l’entraine avec lui.

Il me faut quelques mètres pour vraiment revenir à moi et me rendre compte que j’ai pris la place des rouleaux de tissus. Un bref regard en arrière me permet de voir ceux-ci abandonné dans la boue. En arrière plan, je peux voir les trois malandrins précédents sortir clopin-clopan de la ruelle. Ils regardent dans notre direction.

« Vous m’avez dit être capitaine, mais vous n’êtes pas capitaine de la Garde ! Je me rappellerai d’un tel changement d’uniforme. »

A la mention du titre de mon interlocuteur, les malandrins ralentissent. Quand celui-ci tourne la tête pour me répondre, je peux voir un changement de couleur sur le visage des trois canailles avant qu’ils ne rebroussent chemin.

« Non, définitivement autre chose. Et suffisamment réputé pour que vous voir les fassent partir en courant. »

Theadric a écrit:
J’ai pris quelques libertés d’expression pour ton personnage à la fin. N’hésite pas à modifier sur ton post ou à m’envoyer ça par mp pour que je corrige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   Dim 17 Nov - 19:54

La journée malgré ses imprévus c'était finalement bien passer, certes je n'avais pas eu les tissus que je convoitais et le fait que toute une partie de mon maquillage ait décidé de me ridiculiser. Malgré cela j'avais eu le droit à un cadeau un peu plus intéressant, un garçon pour passer du temps avec moi, enfin un homme mais ayant un aspect assez féminin et un peu juvénile le terme garçon ne me parait pas inapproprié. Je le baladais déjà de droite à gauche à travers les ruelles de cette horrible cité, enfin j'essayais d'abord retrouver mon chemin, en attendant nous pouvions faire connaissance. J'avais dû lui faire peur, il faut dire que je suis très franc et direct quand je veux quelque chose, ainsi le fait de quasiment l'enlever dans une ruelle sombre avait du quelque peu l'étonné.

Il ne fallut pas bien longtemps avant qu'ils n'entament la discussion en me posant une simple question, qui étais-je véritablement ? Une question légitime, après tout je n'étais pas un capitaine de la garde, même si garde dans cette ville veut plus dire mercenaire à la solde de pirate que véritable autorité légale, mais il ne fallut pas longtemps après la fin de sa question pour sortir de cet enchevêtrement de ruelle.
Une fois sortis de ce dédale je pouvais enfin m’atteler à répondre à mon jeune protéger, profitant pour m’arrêter de nouveau devant les docks à proximité je pu répondre à Theadric, profitant au passage pour l’observer plus ou moins discrètement sous toutes les coutures. Je ne pouvais m’empêcher de sourire un peu, avoir un mignon garçon à ses bras aidant à se sentir bien, le fait de caresser son bras instinctivement tout en lui parlant aussi, ainsi qu’une très grande gêne pour l’interlocuteur sans aucun doute.

« Je ne suis pas un de ces malfrats accrédité par la bourse d'un quelconque criminel de cette ville, bien que je sois étonné que tu n'aies pas connaissance de mon identité, je me ferais un plaisir de te renseigner. Je suis le capitaine du fier navire que vous pouvez observer juste là sur le quai, Ozirh al Vashir, pirate le plus digne de confiance dans cette maudite cité.....ou tout du moins le seul qui sent bon. J'aime profiter des plaisirs de cette vie éphémère Theadric, j'espérais que nous pourrions en profiter un peu ensemble pour le moment, tu dois être fatigué d'avoir couru à travers ces ruelles et je ne sais que trop bien que la vie d'esclave est particulièrement difficile. Et puis j'ai besoin de me refaire une beauté, je ne voudrais pas rester aussi immonde devant un inviter tel que toi.»
Je ne lui avais pas vraiment laissé le temps de répondre que je resserrais mon étreinte sur lui, le rapprochant encore un peu de moi alors que je reprenais la marche le long des quais, au moins l’eau de mer donnait une certaine senteur à cet endroit, certes mêlé à l’alcool et à la transpiration virile des matelots, mais une senteur tout de même. Enfin je dois avouer que la transpiration virile est parfois fort agréable pour un homme de ma condition et de mes inclinaisons, au moins le lieu ne faisait plus couler mon khôl et n’abimait plus ma si belle manucure.
J’avais pensé à amener Theadric chez moi dans la maison close, j’aimais particulièrement y accueillir mes invités, la finesse de la décoration et des mets étaient sans précédents, j’y accueillais souvent mes amis et amants. L’institut n’étant pas très loin des docks nous pûmes y arriver très rapidement, passant la luxueuse entrée avec à leur postes deux de mes gardes, je pus observer un léger sourire à leur bouche en me voyant ainsi rentrer avec un homme en ce lieu de perversion et de luxure.
« Bienvenue chez moi Theadric, j’espère que vous trouverez l’endroit à votre aise, Il faut dire que j’aime beaucoup avoir de la compagnie, ainsi je vous remercie d’avoir accepté mon invitation…. »
Revenir en haut Aller en bas
Theadric

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Race: Ange Sombre
Âge: 362
Niveau: 1 - truc de base

MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   Ven 22 Nov - 19:09

Une rue part ci, une ruelle par la. Après quelques minutes de ce traitement à suivre Ozhir, j’étais complètement perdu. Celui-ci attendit de voir la mer avant de me répondre. Elle sembla le détendre aussi un peu.

Ozhir a écrit:
« Je ne suis pas un de ces malfrats accrédité par la bourse d'un quelconque criminel de cette ville, bien que je sois étonné que tu n'aies pas connaissance de mon identité, je me ferais un plaisir de te renseigner. Je suis le capitaine du fier navire que vous pouvez observer juste là sur le quai, Ozirh al Vashir, pirate le plus digne de confiance dans cette maudite cité.....ou tout du moins le seul qui sent bon. J'aime profiter des plaisirs de cette vie éphémère Theadric, j'espérais que nous pourrions en profiter un peu ensemble pour le moment, tu dois être fatigué d'avoir couru à travers ces ruelles et je ne sais que trop bien que la vie d'esclave est particulièrement difficile. Et puis j'ai besoin de me refaire une beauté, je ne voudrais pas rester aussi immonde devant un inviter tel que toi.»
Tout en parlant, il me désignât un navire à quai. A priori un beau bâtiment qui semblait en meilleur état que ses voisins. J’essayai de repérer le nom de celui-ci mais la distance m’en empêcha. Sa remarque sur le fait que je ne connaisse pas son identité me fit avoir un sourire en coin. Il avait de plus à peine finit de parler qu’il se remit en marche, m’attirant à sa suite.

« Cela fais très longtemps que je ne suis pas revenu ici capitaine. J’ai bien entendu des rumeurs sur quelques navires ayant fait parler d’eux, mais je n’ai pas fait particulièrement attention aux noms des ces bâtiments ou des capitaines les dirigeant. Habituellement, j’utilise d’autres procédés pour me déplacer qui sont bien plus rapide qu’un navire. »

Après quelques pas, je fis mine de m’arrêter.
« Je suis effectivement assez las. Cela est aussi bien dû à cette cavalcade qu’à cette longue attente qui m’a mené en ce lieu. En fait, j’attends l’arrivée d’un navire en provenance du continent. Si vous pouviez me dire quand les navires pourront venir à quai, je ne vois aucun inconvénient à passer du temps avec vous. Vous m’intriguez aussi je dois dire. Comment savez-vous que je ne dispose pas d’une complète liberté, tel que vous ? »

Après qu’il eu estimé l’heure de la marée montante, je suivais mon compagnon dans ce qui ressemblait à un nouveau dédale de ruelle. Toutefois, nous ne mîmes que peu de temps avant d’arriver devant une porte. Une fois celle-ci ouverte, elle laissa place à une luxueuse entrée gardé par deux hommes d’arme. Surpris par une si grande différence entre la façade extérieur et l’intérieur, je m’arrêtais un instant pour observer les lieux. Des boiseries aérienne et finement ciselé, de riches tentures, un sol recouvert d’élégant tapis. Ce lieu semblait être un joyau dissimulé sous une gangue de boue.

Ozhir a écrit:
« Bienvenue chez moi Theadric, j’espère que vous trouverez l’endroit à votre aise, Il faut dire que j’aime beaucoup avoir de la compagnie, ainsi je vous remercie d’avoir accepté mon invitation…. »
« Je suis fort aise d’avoir accepté votre invitation. Ce lieu me semble surprenant et je n’aurais pas cru pouvoir trouver un tel endroit aussi près du port. »

Avant de pénétrer plus avant dans le vestibule, je relevais ma chevelure qui avait trainé par terre une partie de la journée, je ne pus que constater que les pointes avait besoin d’être laver. Cela ne me ressemblait absolument pas : habituellement, j’utilisais ma magie pour me soutenir à quelques centimètres du sol. De plus, je prenais grand soin de ceux-ci.
Tant pis, il faudra faire avec. Bien que le lieu soit si luxueux, j’avais une drôle d’impression. Les pirates ne vivent-t-ils pas sur leur bâtiment ? Je n’eus pas le loisir de me poser plus questions que j’étais un peu embarqué plus avant dans la demeure.


«  Je suis étonné que vous habitiez un tel lieu! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En attendant la marée montante   

Revenir en haut Aller en bas
 
En attendant la marée montante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» batailles du Maréchal NEY
» Les maréchaux de l'empire Soult
» Les maréchaux de l'empire Davout
» Ma liste de marée verte ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra Cadecta :: La crique des pirates-
Sauter vers: