Là où tout semble perdu, un espoir persiste toujours…
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Raziel L. Gremory, de la famille Gremory!

Aller en bas 
AuteurMessage
Raziel L. Gremory
Noble
Noble
avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 25
Localisation : ~~ Dans tes rêves ~~

Feuille de personnage
Race: Semi-Elfe
Âge: 20 ans
Niveau: Novice

MessageSujet: Raziel L. Gremory, de la famille Gremory!    Ven 26 Juil - 22:28


« Raziel L. Gremory »
Parles moi, je t'écoute, oui toi que l'on nomme paix!



Fiche d'identité

Surnoms: Raz’, Razzy
Age: Tout juste 19ans
Sexe: Masculin ♂
Race: Humain
Peuple: Hyles
Rang: Noble
Métier: Apprenti-Diplomatie.
Dieu Lié: Oura, déesse de l’air.


Capacité


Niveau 1: Novice

  • Endurance: 1
  • Vitesse: 2
  • Force physique: 1
  • Puissance magique: 2
  • Résistance physique: 2
  • Résistance magique: 3
  • Charisme: (capacité à être leader) 2
  • Eloquence: (capacité à être écouté) 2


Pouvoir: Peut utiliser l’air pour faire léviter des objets.  


Armes et Equipements:
Raziel possède une veste assez simple noir, elle se ferme avec de nombreuses attaches, quand il la porte il met également un pantalon sombres en lin légèrement renfoncé à certains endroits de cuirs, comme aux genoux. Une porte un petit chaque en bandoulière où il transporte souvent des livres et des petites babioles. Dedans se trouve aussi sa tenue de Diplomate, comme il est toujours apprenti il s'agit uniquement une toge blanche, très peu décorée. Un arbre, symbole des Hyles est brodé dans le d'eau avec plusieurs fils de couleur, du noir, du vert et un marron assez dorée. Il ne possède pas d'armes pour le moment, mis à part peut-être ses bottes en cuir noir qui peuvent faire assez mal.

Code présent dans le règlement:




Description physique

~Je ne suis pas si différent de vous au fond~


Raziel est un jeune homme d’âgé de dix-neuf ans, il est tout juste sortie de l’adolescence physiquement, il a atteint sa taille maximum soit environ une tête de moins que la plupart des elfes et des humains adultes, il fait la taille d’un adolescent de seize ou dix-sept ans. Peu large il peut se faufiler aisément et rapidement un peu partout, c’est d’ailleurs l’un des grands traits qu’il tient de sa mère elfe, son agilité, mais rien à voir avec les Cylans, il ne pourrait rivaliser face à eux.
Son visage ne possède aucune barbe ou signe de virilité, il garde un aspect juvénile alors qu’il est presque déjà âgé d’une vingtaine d’année, ses traits si fins légèrement souligné par son ascendance humaine lui donne l’air d’un petit ange. Ce n’est pas avec cette face qu’il risque d’impressionner qui que ce soit.
Son regard est doux, ses iris bleutés comme l’azur laissent rêveur quiconque plongeant ses yeux dans les siens. Il tient des yeux de son père qui sont d’un bleu saphir éclatant. On dit même qu’il aurait un deuxième ciel dans ses yeux et que sa pupille serait un nuage sombre. C’est l’un des atouts de séduction du jeune homme même si il ne s’en sert pas ainsi, son regard plait à pas mal de demoiselle qui rêverait de plonger leur regards de longues heures dans le sien, juste dans le but de savoir si ce bleu peut devenir aussi clair et froids que la neige tombant sur les peuples Glacias, ou bien aussi sombre et limpide que les mers où vivent les Aquams.
Lorsqu’il se met colère la bleuté de ses yeux devient presque noir tant le bleu vire au marine, alors que triste il vire presque au blanc, ou du moins à un bleu si clair qu’il rappel la glace sur laquelle on marche les jours d’hiver.
Le jeune homme à des cheveux mi long qu’il coiffe en bataille, clair comme les épis de blés qui poussent dans les champs en dehors d’Aiizia ils font également penser au sable du désert. La couleur varie avec le soleil, lorsque celui-ci est important on dirait qu’il a des cheveux dorés, et lorsqu’il décline pour laisser place aux ténèbres ses cheveux perdent de leur éclats devenant légèrement plus pâles, voir blanchâtres.
La peau du garçon est très douce, on dirait même toucher du coton ou de la soie, ses doigts fins et longs sont toujours précis et minutieux, et à l’aide d’un touché de sa main il peut faire sentir à autrui un calme et une zenitude profonde, sa mère lui a même dit qu’avec des doigts ainsi il aurait dû faire barde, chose qu’il apprécierait faire, s’il en avait l’occasion.
Enfin, ses jambes sont longues, c’est d’ailleurs la partie de son corps la plus grande et elles lui permettent de courir assez vite surtout en forêt où son agilité est également sollicitée, mais hélas son endurance lui fait défaut, il n’ait pas vraiment quelqu’un de sportif, c’est plus un intellectuel dans l’âme Lorsqu’il marche juste en ville, sa démarche est sure et très calme, vous le verrez rarement courir sauf si il est en retard pour un quelconque rendez-vous, ses parents disent qu’il a perdu de son enfance où il était touche à tout, curieux et surtout légèrement turbulent.
Le jeune affectionne les tenues sombres ainsi que le cuir, comme son pantalon ou ses bottes qui lui permettent de rester discret parmi la foule d’aventurier même si pour le moment il n’a jamais vraiment quitté la ville dans laquelle il était né. Et puis porter des bottes lui permet de partir rapidement en courant en cas de problème, tout le contraire de sa tenue de diplomate qui est assez longue, c’est une sorte de toge blanche qui lui arrive au niveau des chevilles, fendue sur le côté elle laisse apparaitre son pantalon, on dirait presque une robe de gala. Dans le dos de la toge est cousu le symbole des Hyles, un arbre aux trois couleurs, noirs, marrons et vert. Il prend soin de ses habits ainsi que de son corps et à toujours une hygiène correct, il n’affectionne pas forcément les bijoux, comme les bracelets ou les colliers.
Précisons également que le jeune homme à une voix très douce et calme, il n’est pas très bavard par sa timidité qui peut devenir maladive en présence de nombreux inconnus, il lui arrive de fredonner des airs de musique qu’il a entendu par ci et là de la ville, le plus souvent il les chante quand il doit faire une assez longue route.


Description morale

~La paix un bon prétexte à la guerre~


Comme dit juste avant le jeune homme est loin d’être ce qui semble paraître, d’un naturel timide Raziel n’ose pas approcher les gens et quand ceux-ci lui parle il se sent gêné et pas à sa place. Très penseur le jeune homme à rapidement eu un don pour la magie mais aussi dans la réflexion pacifique entre les différents peuples, ayant exposé sa thèse sur une globalisation du monde il a rapidement été retenue pour devenir apprenti diplomate. Suivant les cours avec rigueurs, il obtient de très bonnes notes et fait la fierté de sa famille et de ses professeurs qui voient en lui un avenir de paix. Raziel aime beaucoup voyager, enfin il aimerait bien le faire mais  de nature peureuse il ne préfère pas entreprendre des aventures seuls dans un monde si dangereux, le jeune homme à un esprit très curieux et très critique à l’égard du reste du monde, jamais il ne basera son jugement sur des préjugés ou des rumeurs. Enfin le jeune garçon apprécie la nourriture traditionnel elfique, très peu friand de viande, il aime également la musique et lire, prends du bon temps en gros ! Sa magie est pour lui un don qu’il pratique toujours dans le but de s’amuser et d’aider les autres, il ne connait pas forcément beaucoup de sort comme il n’étudie pas la magie mais pense qu’un jour des gens lui apprendront à s’en servir, en attendant léviter des objets lui suffit. Raziel est également très romantique dans ses actions, il n’a jamais vraiment eu de copine et pour cette unique raison il risque d’être bien maladroit avec vous demoiselles.


Histoire

~ Pensez-vous vraiment tout savoir de moi? J'en doute ~

Prologue ~ Et si c'était un rêve?

L’étranger venait tout juste d’entrer dans la magnifique ville qu’était Aiizia, celle-ci avait été bâtie dans une forêt qui plus ai celle de Sombre-Lune, cette forêt abritait des créatures magiques à la fois sublime et étrange, la magie régnait en maître dans cette contrée. La plupart des habitations étaient construites dans les arbres, soit dans les feuillages, soit directement le tronc ou se dernier servait le plus souvent d’escalier pour descendre ou monter dans les demeures, elfiques pour la plupart. Les arbres, de longue colonne d’écorce qui commençait six pieds sous terre et se terminait là où vos yeux ne pouvais plus voir, la cime si haute ressemblait uniquement à une ombre maléfique qui empêchait le soleil de se lever, mais cet aspect nocturne permettait aux fées, lucioles et autres créatures émettant de la lumière de se distinguer parmi les fleurs aux couleurs si exotiques si exquises. L’inconnu avançait d’un pas lent laissant ses doigts caresser chaque pétales de chaque plantes qu’il trouvait sur son passage, de temps à autre il posait sa main sur le tronc d’un arbre comme si il communiquait avec mais aucun son ne sortait de sa bouche.
Il était vêtu d’une longue capuche qui lui couvrait du sommet de la tête jusqu’au début de sa bouche, son regard pouvait aller plus haut que le sol si il regardait devant lui. Cette capuche faisait partie d’un plus grand vêtement, qui lui descendait jusqu’en bas de ses chevilles, tel une cape elle flottait derrière lui au gré du vent et des petits courant d’air qu’il il avait par ci et là de cette forêt enchantée. Ses bottes dont les armatures étaient faites de fer résonnaient à chacun de ses pas sur la terre ferme et sèche de la ville. Il semblait si lourd mais pourtant quand il passa sur l’un des nombreux ponts en bois c’est à peine s’il grinça sous ses pieds. Il ne portait pas d’arme mais tout comme les soldats ou la plupart des aventuriers il avait des gants où étaient cousue de petites plaques de fer, celles-ci servaient aux combat rapproché mais également à s’agripper plus aisément dans les arbres ou les montagnes, de petites pointes permettait de s’accrocher à la roche ou à l’écorce.
Le soleil commençait à se lever quand la jeune Amélya vit l’étranger entré dans une des nombreuses tavernes de la ville, celle-ci se nommait le Lotus Bleu, elle était réputé pour ses repas très chic ainsi que sa boisson de qualité et également pour ses prix qui faut le dire était dérisoire par rapport aux autres établissement de la cité elfique. Attirée par sa curiosité elle entra à sa suite et s’assit plus loin pour pouvoir déposer son regard sur lui le détaillant de la tête aux pieds. Il avait retiré sa capuche mais elle ne pouvait distinguer que ses cheveux sombres comme la nuit, l’exact opposé des siens qui étaient dorée comme le couché de soleil ou le sable du désert. Les cheveux de l’homme descendaient dans sa nuque assez raide, deux mèches repassaient par-dessus ses oreilles montrant qu’il s’était quand même coiffé malgré ce qu’on pourrait croire au premier regard.
Tournant la tête il déposa ses yeux bleus azurs sur la jeune femme qui sembla comme charmé, jamais elle n’avait vu pareil beauté de sa vie, le visage de l’étranger était pâle mais ses traits si fins et si bien découpés lui donnaient un aspect angélique. Il lui fit un beau sourire avait de retourner ses yeux vers le plat que le serveur venait de lui servir, le dégustant lentement ce qui permit à Amélya de prendre son temps pour de une, retrouver ses esprits et de deux se motiver à aller vers lui ce qu’elle  fit juste avant qu’il est fini de manger. Remettant sa longue robe correctement elle se déplaça vers la table de l’inconnu et s’assit sans même lui demander si cela le dérangeait, mais à la vue de sa réaction il semblait que non. Tout sourire il lui proposa même si elle désirait boire quelque chose ce qu’elle s’empressa de répondre que oui, sa gorge était si sèche et ses lèvres si moites. Le serveur revint avec deux chopes d’un liquide bleuâtre, une des boissons locales dont le gout était délicieux et légèrement sucré. Prenant son courage à deux mains elle se mit à parler d’une voix assez faible et timide :

-"… Bonjour Messire.. Je ne voulais pas me montrer offusquant en vous abordant mais els étrangers se font si rares ces temps-ci et je me demandais ce qui vous amenait dans notre belle cité d’Aiizia, on dit que la guerre fait rage aux Nords, j’ignore si c’est cela qui vous amène en tout cas je tenais à vous dire qu’y aller n’est pas forcément une bonne idée, mon époux est là-bas, il est dans l’armé et je tiens à vous dire que si vous vous y rendez, vous risquez d’être refoulé par les nombreux barrages que notre Impératrice à fait mettre en place pour protéger nos terres des Humains.. Ah pardonnez mon manque de politesse j’en ai oublié de me présenter, je suis Amélya L. Gremory, fille de Térean L. Gremory, héritière de l’une des quatre maisons noble elfique. Je vous souhaite la bienvenue dans notre ville… "

L’étranger la regarda un instant rivant ses yeux dans les siens, le bleue de ses iris sembla pénétrer la jeune femme jusqu’à l’os, non pas pour la glacé d’effroi bien au contraire. Les deux mains sur sa chope encore chaude il buvait non seulement le liquide mais aussi les douces paroles de la jeune femme après tout sa voix suave transperçait les oreilles de l’homme comme une mélodieux dont les notes et els accords seraient à la fois sonnant et délicat. Reposant le contenant de sa boisson il se présenta comme étant un voyageur, il allait et venait dans différentes villes du monde afin d’en découvrir plus sur ce monde rempli de mystères. Il murmura le nom de la jeune femme comme pour le mémorisé mais le son de sa voix eut pour seul effet de faire frémir la peau délicate de la jeune femme, il lui prit la main et lui promit de ne pas se rendre au Nord, la jeune femme comprit les paroles mais pourquoi ce geste !
Elle se sentait si mal à l’aise, à part les mains de son époux il était très rare qu’elle sente la peau d’un autre contre la sienne, pourtant au lieu de les retirer elle la serra légèrement davantage glissa ses longs doigts entre les siens et lui murmurant plus sensuellement un merci. La jeune elfe était très belle, son ascendance noble y était pour quelque chose aussi, ses yeux ambres pétillaient de joie chaque qu’ils se posaient sur l’homme. Se levant tout deux ils se dirigèrent vers la sortie en payant plus qu’il ne fallait le tavernier, ne sachant où aller il laissa la jeune femme le guider dans la ville écoutant chaque explication sur ce qu’elle lui montrait puis il lui murmura vouloir être au calme et d’un pas rapide partirent tous les deux vers le lac émeraude, au niveau des cascades qui s’écoulaient dans l’eau à la couleur enchantée. Le spectacle était magnifique et la jeune femme sans vraiment savoir pourquoi se blottie contre le corps masqué de l’étranger, posant sa main sur son torse couverte d’un sorte de cuirasse elle laissa ses doigts dessiner chacun des traits de celle-ci.
Elle ignorait pourquoi elle agissait ainsi avec lui mais l’homme répondit à ses attentes en l’embrassant et l’allongeant sur l’herbe légèrement humide de la rosée du matin. Retirant chacun de leur vêtement ils se dévoilèrent comme étant tous deux, des bêtes de beauté, la jeune femme aux courbes fines et bien taillées se retrouvait nue et dessous de l’homme qui a la musculature développé et au corps imberbe entourait de ses puissants bras la frêle demoiselle. Leur corps s’unirent et ondulant chacun ils se murmurèrent des mots doux et de légers feulements, limite des gémissements puis des cris de plaisir.  Leur accouplement dura une bonne partie de la nuit, Amélya avait fermé les yeux pour se reposer mais à son réveil il n’y avait plus aucune trace de l’homme à part un collier taillé dans de l’écorce.
Avait-elle rêvé de cette inconnu tant son mari lui manquait ? C’est ce qu’elle se dit pendant les quelques mots qui suivirent jusqu’à se rendre compte que son ventre avait légèrement gonflé et qu’elle commençait à avoir des nausées. Ne voulant affoler sa famille de son adultère, elle se fit aidé d’un de ses amis proches et de sa femme pour mettre au monde le bébé, elle aurait pu l’abandonner mais son instinct maternelle l’en empêchait… Le bébé avait la couleur de ses cheveux et le bleu des yeux de l’étranger. Sa peau était pâle mais il semblait en parfaite santé. Elle le ramena et devant ses parents expliqua qu’elle l’avait trouvé en forêt abandonné dans une sorte de panier. Ses parents savaient très bien qu’elle leur mentait mais n’en dire rien, préférant que ça valait mieux pour tous. Ainsi était né Raziel, fils d’Amélya L. Gremory et d’un Etranger à la beauté sans pareil.


Chapitre I ~ Est-ce bien d’utiliser la magie ?
Les années avaient passé depuis qu’Amélya était tombé enceinte et avait donné naissance à un magnifique garçon qu’elle avait nommé Raziel, un nom d’origine angélique qui allait si bien avec son petit visage. Le jeune homme était âgé maintenant de huit ans et s’amusait à courir un peu partout, loin d’être turbulent il était très curieux et s’amusait à espionner les aventuriers de passage ainsi que les autres nobles qui se rendaient dans les différentes académie. Son père adoptif, qu’il considérait comme son vrai père vu qu’il ignorait toujours qu’il était né d’un adultèrent entre sa mère et un étranger, l’entrainait au combat, enfin uniquement aux maniements des armes simples comme l’arc et le combat à l’épée ! Rassurez-vous il s’agissait d’épée en bois, même si pour Raziel il s’agissait d’un simple jeu, pour son père s’était un véritable entrainement et il n’hésitait pas à le réprimander chaque fois qu’il commettait un impair.  
Le choc des épées en bois résonnait dans la cour suspendue du Manoir des L. Gremory, celle-ci était suspendue avec deux poutres verticales reliées à deux horizontales, fixé à deux arbres différent, on aurait dit un cube excepté qu’il n’y avait pas de plafond, le soleil et l’ombre des oiseaux passant dans le ciel pouvait facilement passer entre les deux gros morceaux de bois. Le soleil éclairait d’ailleurs les cheveux dorés du jeune garçon, celui-ci les portaient en bataille il ne prenait déjà plus la peine de se coiffer le matin, simplement vêtu d’une chemise blanche et d’un pantalon marron en lin il esquivait en sautant les coups de son paternel, essayant tant bien que mal de le désarmer ou même de le faire reculer ne serait-ce que de quelques pas. Son père avait fait valser son épée en bois plus d’une fois hors de la main du garçon et le lui gueulant toujours dessus le poussait dans ses retranchement.
Raziel s’énervait rapidement dans ce genre de situation, il savait très bien pourquoi son papa agissait ainsi avec lui, il était né avec l’apparence d’un humain, aux yeux de Raziel il s’agissait d’un mal formation génétique qui faisait que ses oreilles n’étaient pas pointues, ou biens que sa peau soit plus tanné que celle des elfes et ses traits légèrement plus marqué que ceux des autres enfants elfes de son âge.  Mais le pire dans tout ça c’est qu’il était très en retard par rapport aux autres enfants sur l’utilisation de la magie, la plupart apprenait dès leur quatre ans, âge humain à l’utiliser, lui grandissait aussi vite qu’un humain mais pourtant il utilisait rien de tel.
Son père venait de frapper une nouvelle fois contre son épée en bois, celle-ci se brisant en deux avait fait reculer le jeune garçon contre le mur et dans un moment de panique avait positionné sa main vers le militaire Elfe, créant une sorte de bulle d’air il l’avait projeté vers lui, son père ne s’y attendant pas l’avait encaissé de plein fouet pensant sans doute que le garçon trop jeune et inexpérimenté ne pourrait lui causer du tort.
Mais le jugement du paternel était erroné et il fut soulevé à plus d’une dizaine de centimètres du sol pour être envoyé par-dessus la rembarre en bois. Pris de panique le garçon cria se remettant debout et courut vers l’endroit où son père était tombé, celui-ci était accroché avec sa main sur la bordure du balcon et remontait tant bien que mal souriant à son fils adoptif pour ne pas l’inquiété de la situation. Posant de nouveau ses deux pieds sur le sol de la maison il ne dit pas mot et prenant ce qu’il restait des épées rentra dans la maison, son mutisme volontaire value la fugue du jeune garçon qui s’en voulait terriblement, pensant que ça magie n’était pas un donc mais plutôt une malédiction auquel il ne pourrait rien y faire.  Il se réfugia en haut de l’observatoire fixant le ciel de ses deux saphirs, il resta ainsi pendant de longues heures jusqu’à ce que sa mère monte le rejoindre, savant très bien qu’il serait là. Elle s’assit près de lui caressant ses cheveux blond et posant son visage dedans afin d’humer son odeur et de déposer un baiser un le sommet de son crâne. Elle voulut parler mais ne savait pas quoi commencer, elle préféra donc attendre que son fils entame la conversation par le sujet qu’il voulait bien aborder.

-"Maman… Est-ce vraiment utile d’utiliser la magie… Quand je l’utilisais pas je me sentais très bien et là maintenant que j’ai fait ça je me sens si monstrueux j’ai l’impression d’être victime d’une malédiction.. J’ai failli tuer Papa ! Je ne veux pas de la magie, on peut la retirer ? Je ne veux pas de ça… Je me fiche de pas être comme les autres, je veux être moi, je veux être comme j’ai envie d’être et non comme la nature ma forcé à être, je suis pas un elfe, je suis pas un humain, ni autre, je suis juste une erreur de la nature… et.."

La gifle résonna dans tout l’observateur faisant même fuir quelques oiseaux qui posés par ci et là de la bâtisse en bois. La joue du garçon commençait à rougir et ses yeux allaient émettre de petites larmes quand sa mère plaqua sa petite tête contre elle l’embrassant et murmurant qu’il n’était pas un monstre, qu’il était son fils et rien d’autre. Elle souffrait vraiment de ne pas pouvoir lui dire ce qu’il était réellement, un hybride, un semi-elfe, né de l’union d’un elfe et d’un humain. Elle prit le temps de calmer les pleures du jeune garçon avant de répondre à ses inquiétudes sur la magie, chose qui était tout à fait normal à son âge et surtout après la façon dont il avait découvert qu’il pouvait utiliser la magie de l’air. Son mari lui avait décrit toute la scène et une telle puissance devait être vite canalisée et prise en charge par des professeurs compétant.

-"Mon poussin.. C’est normal d’avoir peur de ce que tu ne connais pas mais tu es entouré de gens qui t’aideront avec plaisir dans la découverte et l’apprentissage de ton don. Car oui il s’agit bien là d’un don que tu as et comme tu l’as si bien dit tu peux être toi-même, même si tu utilises la magie, toi seul peut l’utiliser de la façon dont il te plaira, tu peux causer du tort aux gens, comme tu peux les aider dans leur vie de tous les jours. Tu es unique mon trésor et même si tu es si différent physiquement des autres elfes des Maisons voisines tu sais très bien que dans la ville tu trouveras des gens qui te ressemble, regarde les humains, ils n’ont pas forcément ton savoir et la capacité d’utiliser la magie mais ils ont la même apparence que toi, ça ne fait pas deux des montres, juste des gens différents qu’il nous faut apprendre à connaitre. Ton père ne t’en veut pas tu sais, il a juste été pris de court pas les événements, il n’est en rien fâché et je suis sure que dès demain il t’attendra de nouveau sur le balcon une épée à la main. Mais avant ça on va faire un tour à l’académie pour que tu prennes des cours de magie élémentaire, et tu vas me promettre d’apprendre du mieux que tu peux afin de ne plus avoir à blesser ou faire peur à quelqu’un, y compris toi mêmes. Maintenant debout Razzy ! C’est indigne d’un Lux Gremory de se laisser abattre, nous devons aller de l’avant et donner notre maximum."

Se levant il suivit sa mère jusqu’à l’école qui lui permettrait d’apprendre à maitriser ses pouvoirs, il écouta l’instructeur en chef lui expliqué ce qu’il attendait de lui et de son comportement, chose que le garçon n’aurait pas beaucoup à changer, en présence d’inconnu ou de d’autres gens en dehors de ses parents, il se montrait si timide, que ça en devenait presque maladif. Une fois l’inscription faite il passa avec sa mère dans le marché et posa ses yeux sur une épée longue en bois, après tout il avait cassé la sienne, où plutôt celle que son père lui prêtait pour les entrainements, il était donc normal qu’il en achète une nouvelle, ce qu’il fit avec ses maigres économies. Courant de nouveau avec son arme en bois il s’amusait à combattre des monstres imaginaires et utilisa  même son don pour déplacer des cailloux sur son chemin. Action qui fit sourire et même rire sa mère, il était tout pour elle.  Amélya espérait qu’il n’ait jamais à porter autre arme que celle en bois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Raziel L. Gremory, de la famille Gremory!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mme la président, Rias Gremory !
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Fiche Technique Raziel strife

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra Cadecta :: Hors RPG :: Personnages :: Personnages validés :: Hyles-
Sauter vers: